La lutte pour la reconnaissance. De Axel Honneth

la-lutte-pour-la-reconnaissance-axel-honneth-9782070443574_f3c17f42b69a0f1a991f0ea6f8498fae

Il est indéniable que La lutte pour la reconnaissance est un ouvrage majeur pour qui désire renouer avec les cours de philosophie politique. En effet, il s’agit ici du résultat d’une thèse d’habilitation pour une chaire universitaire de philosophie. Axel Honneth se rattache à l’école de pensée qu’on appelle l’école de Francfort. Il suit une lignée directe qui remonte à Hegel, l’un de ses membres les plus prolifiques et les plus prestigieux en terme de production et de réactualisation d’un mode de pensée philosophique hérité des maîtres antiques et de la Renaissance.

Axel Honneth tente d’aider le lecteur à comprendre le processus de pensée d’Hegel avant la publication de son fameux Phénoménologie de l’esprit. Pour cela, il scinde son travail en trois parties. La première s’intitule « Idée première de Hegel ». Il met en exergue les influences du philosophe et notamment les apports des Anciens et des Modernes tels que Hobbes ou encore Machiavel dans la structuration de sa pensée et dans l’élaboration de son concept de lutte et de conflit pour le pouvoir et la pérennisation de la structure sociale au profit de l’individu. Cette partie est un pivot central pour comprendre l’extension du projet philosophique d’Hegel dans ce qu’il a de nouveau et de novateur par rapport à la conception de la Cité ou de l’Etat préconisés par Aristote ou encore Machiavel et à sa suite Hobbes.

La deuxième partie de son étude « La structure des relations de reconnaissance sociale » s’intéresse non seulement à la relation interpersonnelle et sociétale liant l’individu à l’ensemble social mais aussi à la consolidation d’une structure communautaire permettant un compromis entre l’individu et ses libertés et le groupe. L’auteur présente le concept de la reconnaissance comme le catalyseur de cette relation complexe entre l’individu et le reste de son groupe familial et par extension social. Axel Honneth appelle à des grille de lecture telles que la psychologie sociale avec les travaux de D.W. Winnicott. Il s’appuie aussi sur les études de G.H. Mead pour faire une excursion dans le domaine de l’anthropologie.

La troisième partie de son travail est l’expression d’un aboutissement en terme de compréhension totale de la pensée d’Hegel dans le sens où se déploie ici une étude minutieuse de ce que Axel Honneth appelle « La morale et son rôle dans le développement de la société ». Il aborde dans cette section de sa thèse les notions de « mépris » et de « résistance ». C’est autour de ce couple de concepts que s’articulent les différents modes de conflits entre les groupes d’individus.

En conclusion, cette thèse d’habilitation publiée sous le titre de La lutte pour la reconnaissance permet au lecteur de réfléchir sur la relation de dualité et de conflit dans les sociétés humaines. Elle peut aussi répondre à ce paradoxe qui voit le conflit comme un ébranlement perpétuel de nos sociétés modernes sans les déstabiliser pour autant.


Traduit de l’Allemand par Pierre Rusch.
Editeur Gallimard, Folio, Essai n°576.
352 pages.
En librairie depuis le 07 Février 2013.
9,10 €

Publicités
Cet article a été publié dans Essais/Histoire/Géopolitique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s