Une terre d’ombre de Ron Rash

terre d'ombre

Une ballade pour Laurel

Dans les années 60, un homme est mandaté de façon officielle pour se rendre dans une région isolée  de la Caroline. Sa mission est de submerger la ville Mars Hill pour en faire un lac artificiel. L’hostilité des habitants et la découverte d’un cadavre dans un vieux puits ramènent à la surface une histoire tragique qui s’y était déroulée au moment de la Première Guerre Mondiale.

L’habileté du Prologue permet à l’auteur d’introduire son histoire et de braquer la lumière sur deux êtres à part. Il s’agit de Hank Shelton et surtout de Laurel, sa sœur. En effet, victime d’une marque de naissance et de la superstition des habitants, elle est rejetée par ce lieu qui la voit comme une sorcière et une damnée. Laurel est alors pourchassée, humiliée et voit son avenir compromis puisque les pressions de la communauté sont telles qu’elle a dû quitter l’école à regret. Sa vie se passe loin des regards dans une profonde solitude. De surcroît, sa demeure est une vieille maison nichée au creux d’un vallon maudit : «  La falaise la dominait de toute sa hauteur, et elle avait beau avoir les yeux baissés, elle sentait sa présence. Même dans la maison elle la sentait, comme si son ombre était tellement dense qu’elle s’infiltrait dans le bois. Une terre d’ombre et rien d’autre, lui avait dit sa mère, qui soutenait qu’il n’y avait pas d’endroit plus lugubre dans toute la chaine des Blue Ridge. Un lieu maudit, aussi, pensait la plupart des habitants du comté, maudit bien avant que le père de Laurel n’achète ces terres. Les Cherokee avaient évité ce vallon, et dans la première famille blanche à s’y être installée tout le monde était mort de varicelle. On racontait des histoires de chasseurs qui étaient entrés là et qu’on n’avait plus jamais revus, un lieu où erraient fantômes et esprits. » Pour Laurel, le temps se fige et elle exécute mécaniquement les tâches du quotidien avec son frère Hank, revenu de la guerre et mutilé. Mais cette vie est bouleversée par l’arrivée de Walter. Laurel va vivre elle aussi, son histoire d’amour avant que le drame ne l’embrase toute entière.

Ron Rash donne ici une peinture sombre des relations humaines fondées sur l’intérêt, l’ignorance et la cruauté. Les âmes innocentes sont traquées sans ménagement et l’innocent doit payer de son sang pour assouvir la soif de vengeance de la communauté. C’est un roman à l’équilibre fragile car le lecteur est constamment en alerte. Il sait que l’orage va arriver. Il sait que le châtiment tombera sur la tête de Hank et de sa sœur. Walter, l’homme par qui le bonheur arrive est aussi celui qui sera responsable du carnage lorsque les chiens seront lâchés dans les campagnes désertes et désolées.

Une terre d’ombre est le symbole des ténèbres qui recouvrent le monde de sa bêtise, de son ignorance et de la xénophobie. La description de la sauvagerie du paysage répond à la violence aveugle de la guerre et de la haine des « Boches ». La barbarie universelle de la grande guerre pénètre le cœur de la petite communauté, la contamine et la pousse à sacrifier les siens sur l’autel d’un patriotisme nauséabond. Devant les pulsions venues des tréfonds de l’âme humaine, la flûte de Walter, ses mélodies mélancoliques qui enchantent la campagne solitaire ne sont que des courts moments de répit avant la traque et la mise à mort : « Walter trouva une place libre à côté d’une fenêtre mais ne regarda pas dehors tant que les roues n’eurent pas commencé à tourner. Alors il contempla les montagnes et songea combien une vie humaine est petite et fugace. Quarante ou cinquante ans, un instant pour ces montagnes, et il ne resterait aucun souvenir de ce qui était arrivé ici. »

Jusqu’à ce que l’étranger arrive et remonte un cadavre du vieux puits …

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s