Danse noire
 de Nancy Huston

Danse-noire

What ya doin in the dark, my sweet Milo ?

Milo a une vie bien remplie. 
Aujourd’hui, alité sur son lit d’hôpital, il est en train de s’éteindre doucement. C’est le moment pour son amant de réaliser un dernier film sur la vie de cet homme. Alors Milo y consent et commence à parler.

Le flot de parole qui en découle retrace un parcours atypique marqué par les instants douloureux: Milo a été un enfant abandonné et a été accueilli dans différents foyers. Maltraité, il atterrit enfin chez son grand père paternel. Là, il va s’attacher au vieil homme tout en supportant le mauvais traitement que sa tante lui fera subir. 
L’histoire de Milo est une errance. En effet :

« A quatre ans Milo est un enfant hérisson, nerveux et méfiant. Il parle bien l’allemand et un peu le français et l’anglais, mais il parle surtout le silence, la langue qu’il partage avec les chiens, les chats, les arbres, les fleurs, les pierres, les lacs, les rivières, les ciels, les tortues, les poissons, les oiseaux, les lits, les tables, les chaises, les plafonds, les rideaux… A vrai dire, la plupart des choses dans le monde ne parlent pas et ne vous feraient jamais de mal. »

Métis, il est le fils d’un irlandais canadien et une prostituée indienne de la tribu des Cris. Au fils des pages, Milo évoque la vie mouvementée de son grand-père Neil et de son père, Declan. L’un et l’autre ont surtout connu l’échec et l’amertume des rêves brisés. Milo évoque aussi sa mère, la grande absente du roman de sa vie. Cette mère lointaine qui le rejette…

« Indien au pied léger, fils de sa mère, Milo traverse la pièce et prend l’enveloppe. Gros plan sur l’écriture maladroite, enfantine. Le nom et l’adresse de Declan… Montréal écrit Muntreal… Voici quelques jours à peine, la main d’Awinita a tracé ces mots… Milo touche presque le corps de sa mère… Lentement il retourne l’enveloppe, sort la feuille de papier qu’elle contient, la déplie et commence à la lire. A nouveau on entend la voix d’Awinita… mais de loin maintenant, une voix basse et résonnante.
Hi mister Cleaning-Fluid
Glad to hear you found your son.
Milo replie la feuille de papier. La remet dans l’enveloppe. Repose l’enveloppe sur le cageot. Va à la porte. Eteint la lumière. Quitte la pièce. »

Il souligne surtout la pauvreté et la condition de vie des Amérindiens des réserves justifiant ainsi certains choix de sa mère.

Danse noire est un livre mille-feuilles car derrière l’histoire de vie de Milo et de ses ascendants, c’est aussi celles de l’Irlande et des Cris qui sont mises en exergue. Epousant le particularisme de Milo, un homme aux multiples origines, le récit mélange plusieurs langues afin d’être aux plus près du brassage culturel de Milo. La superposition des différentes strates et époques oblige le lecteur à faire des allers retours dans le temps afin de reconstituer le puzzle de ce destin hors du commun.

En conclusion, c’est un récit d’une très grande poésie alliant la rage de vivre, l’amour de l’art et la mélancolie persistant d’un homme qui dit adieu à la vie.


Editeurs : Actes Sud, Août 2013
368 pages
21€

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Danse noire
 de Nancy Huston

  1. jostein59 dit :

    Il est dans ma PAL et j’espère pouvoir le lire cette année.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s