La bascule du souffle de Herta Muller

 

Herta_Müller_1

Comme pour Isaac Babel, Herta Müller est une très grande dame de la littérature de langue allemande. Cependant, malgré son prix Nobel, elle est assez méconnue par les lecteurs du monde. C’est pourquoi, comprendre sa vie permet d’appréhender son oeuvre, notamment celle-ci…

Herta Müller est née en 1953 dans le Banat roumain au sein d’une minorité germanophone. Elle vit depuis 1987, en Allemagne. Elle est l’auteur de plusieurs romans dont La bascule du souffle, La convocation. Ce sont les deux romans que j’ai retenus après Animal de coeur. Mais il y en a d’autres. En 2009, elle a reçu le Prix Nobel de littérature.

…………………………………………………………………………………………………..

La-bascule-du-souffle

Un cœur givré

En été 1944, la Roumanie capitule après être occupée par l’Armée Rouge. L’assassinat du dictateur fasciste Antonescu a pour conséquence l’engagement de la Romanie au côté des russes contre son allié de naguère, l’Allemagne nazie. De ce fait, la Roumanie accepte l’accord passé avec un général russe et déporte vers les terres russes des hommes et des femmes allemands vivant en Roumanie.

L’histoire commence avec la déportation de Léopold dans les régions froides de la Russie de l’après guerre. Léopold va y rester cinq ans pendant lesquels il va subir la faim, le froid, la promiscuité et la mort. Pour illuminer son quotidien tragique et tromper la faim, il rêve. Il rêve de plats et mets gourmets. Il rêve de sa campagne verdoyante. Il se souvient de son enfance et de sa vie d’avant. Mais la lumière vacille aussi. Son retour à sa terre natale est tout aussi dramatique. Une vie « avachie » par le poids du passé comme il le dira lui-même.

« Depuis soixante ans, je sais que mon retour au pays n’a pas eu raison du bonheur au camp. Aujourd’hui encore, la faim du camp ronge le coeur de tous les autres sentiments. Au coeur de moi, c’est le vide.« 

Le roman de Herta Müller est écrit dans un style cru comme la déshumanisation de ces déportés face à la maladie, le travail forcé et surtout la faim. L’intrigue est décousue comme s’il s’agit pour l’auteur de traduire ces vies désormais suspendues, décousues à cause de la faim qui est ici personnifiée sous la forme d’un ange. L’ange de la Faim décide de la vie et de la mort de chaque prisonnier. La lecture peut se faire de façon non diachronique. L’histoire est contée du jour au jour aussi loin que peuvent porter les jambes d’un damné de cette terre russe condamné à porter les sacs de ciments et à reconstruire une Russie détruite par la guerre. Il y a quelque chose dans la prose de Herta Müller qui peut faire penser au travail du peintre Ritcher, quelque chose de mécanique, de désincarné et extrêmement cérébral. Cependant, l’écriture reste poétique. Comme si Léopold veut malgré tout se raccrocher à un espoir, à une humanité afin de ne pas tomber dans une espèce d’animalité et de férocité liée à sa dure condition de rétention.

C’est un livre extraordinairement écrit. Prenant appui sur l’histoire de sa propre mère déportée en Russie pendant 5 ans et celle de Oskar Pastior, Herta Müller ressuscite une page de l’histoire douloureuse de la Roumanie. Comme le dit si justement la quatrième page de couverture :

«  (…) la singularité du livre de Herta Müller réside dans sa faculté incomparable de transcender le réel, de l’illuminer de l’intérieur. Sous sa plume, le camp devient un conte cruel, une fable sur la condition humaine. Ici les arbres parlent, le ciment boit, la pendule a mal à son ressort cassé, la faim voyage dans le corps d’un ange, et le coeur, dans une pelle.« 


Traduit de l’Allemand par Claire de Oliveira
Editeurs : Gallimard, 2010
306 pages
19,90 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de langue allemande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s