Home de Toni Morrison

Home

Retour en terre natale

Dans les œuvres de Toni Morrison, il y a des « bons romans » et les chefs-d’œuvre comme Beloved ou Paradise pour ne citer que ceux là.

Home appartient à la première catégorie. Il doit son talent à l’extrême concision de l’auteur dans l’art de décrire les soubresauts de l’âme de Franck et la transmutation de Cee en papillon prêt à assumer son destin quitte à l’attendre devant la porte de sa maison.

Dans Home, la thématique n’est plus réellement la ségrégation des années 50. Elle y est bien sûr mais en arrière fond. La plume de Toni Morrison trace le parcours erratique de Franck, ancien vétéran de la guerre de Corée. Sa vie est saisie in media res au moment de sa fuite de l’hôpital à son retour à Lotus en Géorgie pour assister sa sœur malade. Elle décrit avec minutie les troubles post traumatiques de Franck mais aussi son amour inconditionnel pour sa sœur bravant danger et tempête.

Le deuxième personnage qui intéresse l’auteur est Cee, la sœur de Franck. Elle brosse un portrait toute en nuance de la jeune femme. Elle fait de Cee, la princesse des contes de fée à qui il arrive maintes mésaventures et de dangers la conduisant au gouffre de la mort. Mais comme toute princesse de contes de fées, Cee aura des adjuvants (ici Melle Ethel) pour l’initier aux secrets de la vie.

« Tu vois ce que je veux dire? Ne compte que sur toi-même. Tu es libre. Rien ni personne n’est obligé de te secourir à part toi. Sème dans ton propre jardin. Tu es jeune, tu es une femme, ce qui implique de sérieuses restrictions dans les deux cas, mais tu es aussi une personne. Ne laisse pas Lenore ni un petit ami insignifiant, et sûrement pas un médecin démoniaque, décider qui tu es. C’est ça, l’esclavage. »

Un conseil qui vaut tous les leçons du monde. 

Nous avons ici un roman qui est une hymne à la femme indépendante, une force tranquille et sereine bravant les épreuves sans courber l’échine. D’ailleurs, le roman est parsemé de ces figures. Il y a Lily, il y a bien sûr Ethel et les femmes qui l’entourent.

Un roman d’émotion car il focalise le regard sur un couple de frère et sœur malmenés par l’existence et cherchant à se protéger mutuellement contre les affres du temps. Un Hansel et une Gretel des temps modernes. Les dernières lignes sont magnifiques car elles sont empreintes de compassion, seule issue pour trouver la rédemption pour ces deux êtres.

Home est un roman sur l’enfance et les résurgences des souvenirs douloureux ainsi que les moyens pour les exorciser.


Traduit de l’américain par Christine Laferrière.
Editeurs : Christian Bourgois, 2012
154 pages.
17 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s