Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda

Le-vieux-qui-lisait-des-romans-d-amour

 Complainte de la nature dévastée

Le corps atrocement mutilé d’un chercheur d’or et braconnier met momentanément fin à la quiétude de Antonio José Bolivar Proano. En effet, le vieil homme coule des jours doux dans la forêt amazonienne avec les Indiens Shuars. On attribue ce meurtre à un animal sauvage de la forêt. Désormais une chasse à l’ocelot est ouverte. On traque une femelle tueuse d’hommes et Antonio est le seul à pouvoir la déloger de son territoire et mettre fin aux massacres. Il doit donc, comme la bête, quitter son abri et ses romans d’amour qu’il aime tant, pour se mesurer à la bête, à contre-coeur…

Ce court roman est un manifeste écologique. Je dirai même une fable écologique. L’auteur nous amène avec lui et nous lâche en plein coeur de la forêt amazonienne, dévastée, déboisée par l’avidité des hommes qui veulent toujours plus. La colonisation de la cette forêt, poumon de la terre, par l’homme est motivée par les bénéfices engendrées par la déforestation au profit de constructions de routes et de bâtiments en toute illégalité. Elle provoque des catastrophes écologiques: déforestation, destruction des habitats des bêtes et des hommes qui y vivent. Ainsi l’auteur décrit-il l’exode des bêtes sauvages et des Indiens Shuars qui se déplacent vers l’orient et s’enfoncent chaque jour davantage dans la forêt.

Mais ce roman est aussi allégorique car le combat entre l’ocelot et les hommes représente la résistance de la nature, de l’esprit de la nature à l’invasion des hommes qui ne sont pas les propriétaires du lieu. Comme tout espèce engendré par la nature, ils ne sont que tolérés par elle. La lecture de ce roman me fait penser à deux films extraordinaires que j’ai eu l’occasion de voir. Il s’agit de « La forêt émeraude » de J.Boorman et de « Ombre et la Proie ». Dans le deuxième, il s’agit des lions tueurs surnommés Fantôme et Ténèbres qui se sont chargés de régler les comptes avec l’Angleterre victorienne venue en Afrique coloniser les terres et détruire les forêts pour une oeuvre « civilisatrice »: la construction de ponts … Dans ce film, le couple Val Kilmer et Michael Douglas est sublime. La voix médiane, le lien entre les deux mondes est un africain rompu lui aussi à la vie… Je vous suggère donc de visionner ces deux films et de lire ce petit roman si vous ne l’avez déjà fait. Vous pouvez aussi visionner le film d’animation « Princesse Mononoké » de Miyazaki.

Par ailleurs, je trouve que le personnage d’Antonio est très intéressant. En effet, il me fait penser à un gardien de la nature et un garant de l’ordre entre deux mondes: celui des « Blancs » (appelé ainsi dans le roman) possédant l’impunité grâce à un gouvernement corrompu et celui de la nature (tout comme la princesse Mononoké d’ailleurs…). Antonio a de la compassion pour tous les êtres et comprend le langage des hommes féroces mais aussi des bêtes sauvages. Il tue la femelle pour sauver sa vie mais non par vengeance.  » Le vieux la caressa, oubliant la douleur de son pied blessé, et il pleura de honte, se sentant indigne, avili, et en aucun cas vainqueur dans cette bataille… et sans cesser de maudire le gringo, responsable de la tragédie, le maire, les chercheurs d’or, tous ceux qui souillaient la virginité de son Amazonie, il coupa une grosse branche d’un coup de machette, s’y appuya, et prit la direction d’El Idilio, de sa cabane et de ses romans qui parlaient d’amour avec des mots si beaux que, parfois, ils lui faisaient oublier la barbarie des hommes. » Ainsi qui est donc le plus féroce des deux: l’ocelot? Ou le gringo et ses sbires?


Traduit de l’Espagnol (Chili) par François Maspero
Editeurs : Le Point, 1996
456 pages
14,95 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de langue espagnole/ Amérique Latine et du Sud. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s