Les bûcherons de Roy Jacobsen

bucherons
Un héros anonyme

Le 7 Décembre 1939 la guerre éclate entre la Russie et la Finlande, pays ayant obtenu son indépendance par le pouvoir russe en 1917. Face à l’événement, les habitants de la ville de Suomussalmi décident de pratiquer la tactique de la terre vide. Ils emportent avec eux vivres, mobiliers, bétail et animaux domestiques et laissent leur maison complètement vide à l’arrivée des Russes de sorte que ces derniers ne puissent rien trouver sur place. Seul un homme, Timmo Vatanen décide de rester sur place. Méprisé car il est considéré comme un simple d’esprit, « l’idiot du village », Timmo bûcheron de sa profession va apprendre à survivre dans cet enfer blanc et à se battre pour préserver son humanité face aux événements …

Roy Jacobsen retrace ici un événement historique peu connu de la Seconde Guerre Mondiale. Il s’agit de la guerre russo-finlandaise qui se déroule du 30 novembre 1939 au 13 mars 1940 dont l’issue est la défaite russe. Pour comprendre le roman, il faut saisir le contexte de cette guerre. Staline au début de la Grande Guerre veut protéger l’accès du Nord-Ouest de la Finlande des troupes nazies après la signature du pacte germano-soviétique. De ce fait, il contraint les Républiques Baltes à signer des pactes d’assistances mutuelles l’autorisant à installer des bases sur leurs territoires. Il veut renouveler l’expérience avec la Finlande sans savoir que celle-ci lui opposera une résistance acharnée.

Le roman commence par l’évacuation des habitants. Après le premier chapitre, Timmo se retrouve totalement seul. Le reste de l’histoire se concentre sur lui. Le lecteur assistera à sa survie dans ces contrées désertiques. Son ennemi n’est pas seulement l’hiver glacial du grand nord et une nature inhospitalière. C’est aussi tour à tour les troupes finlandaises qui trouvent suspect son comportement et l’armée russe qui le soupçonne d’être un espion à la solde des finlandais. Timmo, le simple esprit, le méprisé devient un jouet du destin. Sans être passif, il va résister à sa manière et permet par son action de maintenir en vie les autres bûcherons prisonniers des Russes. En effet, à l’arrivée de l’armée russe, il est réquisitionné par l’ennemi pour couper le bois. Il est malmené, torturé et soupçonné de collaboration par les deux armées mais aussi par les villageois revenus chez eux après la guerre.

Le roman s’étale sur un période de 27 ans allant de Novembre 1939 à l’hiver 1967. Le lecteur assiste à l’évolution de Timmo. Il pénètre dans ses pensées intimes lorsque c’est lui-même qui raconte son histoire. Il se tient à une distance respectueuse de lui quand il s’agit d’une voix off qui relate la solitude et l’incompréhension de ce bûcheron face au monde et à l’Histoire.

 Force est de constater que le roman de Jacob Jacobsen mérite d’être lu avec toute notre attention. La profondeur des sentiments humains est ici dépeinte avec élégance. De plus, cet auteur a su sublimer le destin de ces êtres simples tels que Timmo mais aussi les autres bûcherons Souslov, Mikael, Andorov… 

C’est un roman qui met en exergue, dans un style dépouillé, le courage des hommes seuls, sans ressources pris dans le tourbillon de l’Histoire.


Traduit du Norvégien par Alain Gnaedig
Editeurs: Gallimard, 2011
193 pages
16,90 euros

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature nordique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s