Le violon du fou de Selma Lagerlöf

violon fou
L’obsession de Gunnar

Hede Gunnar est amoureux de son violon. Il faut dire que cet instrument est quelque peu diabolique car comme nous le dit l’auteur:

 » (…) le plus étonnant, c’était que ce n’était pas l’homme de Dalécarlie qui jouait mais son violon qui, de lui-même, retrouvait quelques petites mélodies. Elles jaillissaient du violon dès que l’homme posait l’archer dessus. Cela n’aurait peut-être guère eu d’importance pour un autre mais, pour lui qui ne se souvenait pas d’une seule mélodie, c’était un don inestimable que de posséder un violon qui jouait tout seul.« 

Mais comment cela est-il possible?
Il faut savoir que Gunnar, comme nous le confie l’auteur, a perdu sa raison. En effet, après avoir dû abandonner son violon pour devenir colporteur et sauver son domaine, Gunnar a essuyé un terrible échec. Il a perdu tout son troupeau de chèvres lors d’un hiver rigoureux. Il a aussi perdu une partie de sa fortune.

En effet, cet acte insupportable pour sa raison et la culpabilité qui s’ensuit ont poussé notre jeune homme à s’enfoncer de plus en plus profondément dans la folie furieuse. Sa rencontre -aussi incroyable soit-elle -avec une morte « ressuscitée » aux sons de sa musique l’oblige à faire un choix qui s’avère être un tournant dans sa vie de fou …

Quant à la morte / vivante, on se taira sur son histoire, sur sa triste destinée et l’amour qu’elle vouera au fou…

Dans Le violon du fou, Selma Lagerlof met en scène un monde étrange et insolite. Nous avons un jeune homme rendu fou amoureux de son violon; une jeune morte qui sort de sa tombe éprise du fou; un couple de saltimbanques errants et des villageois attachés à leur terre et peu charitables. Mélangeant tout ceci dans une intrigue à la frontière du fantastique, l’auteur parvient à nous donner un conte attrayant, sombre, humoristique et en même temps philosophique sur la condition humaine et le poids des culpabilités qui tordent le coeur de chaque être.

C’est un roman court, intense traversé par de sombres légendes de la région du Värmland retranscrits ici par l’extraordinaire talent de Selma Lagerlöf.

Le violon fou est une histoire légère et grave dont le lyrisme et la poésie ne peuvent que conquérir le coeur du lecteur ….


Traduit du Suédois par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach
Editeurs: Actes Sud, 2001
160 pages
17,30 euros

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature nordique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s