Les tendres plaintes de Yôko Ogawa

tendres plaintes
« La ballade de l’impossible »

Une calligraphe de Tokyo, Ruriko vient de prendre la fuite. Elle quitte précipitamment son appartement pour aller se réfugier dans la maison de son enfance. Au fil de la lecture, on apprend qu’elle a été une épouse bafouée, maltraitée et trompée. « Je m’étais rendu compte trois ans auparavant que mon mari avait quelqu’un d’autre dans sa vie, mais notre relation s’était déjà détériorée. L’un de nous avait suggéré de vivre séparément et nous avions même parlé de divorce. En soustrayant ces années de nos douze ans de vie commune, il ne restait plus qu’une courte période sans discorde. »

La demeure, perdu dans la forêt, devient un abri, un lieu pour se cacher : « Lors que je n’y étais pas allée depuis plusieurs années, le vaste mais sobre chalet m’étais apparu avec fraicheur jusque dans ses moindres recoins. Là-bas, je serais certainement accueillie. Il s’occuperait bien de moi. »

Son séjour s’avère être un des plus étrange. Ruriko fera connaissance avec une troupe insolite composé d’un fabricant de clavecin, Nitta, son apprentie, Kaoru et d’un chien aveugle. Ce trio prend progressivement de l’importance dans la vie de Ruriko jusqu’à ce que celle-ci s’attache à Nitta et forme un insolite « ménage à trois ». Mais le bonheur est capricieux et il n’est pas certain que Ruriko trouvera de l’apaisement dans sa fuite…

Les tendres plaintes n’a pas la perfection et la maîtrise littéraire des derniers romans  de l’auteur (Le petit joueur d’échec, Petits oiseaux). Cependant, derrière le bavardage incessant et un certain sentimentalisme, le roman est empreint de poésie et de mélancolie. Il est intéressant de le parcourir car il contient déjà tous les thèmes chers à l’auteure : la perte de soi, la folie, la tristesse et la solitude des êtres qui ne parviennent à communiquer.


Traduit du Japonais par Rose –Marie Makino –Fayolle et Yukari Kometani
Editeurs : Actes Sud, Coll. »Babel »
2014
7,70 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature japonaise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les tendres plaintes de Yôko Ogawa

  1. jostein59 dit :

    Une auteure que je n’ai pas encore lu. Je commencerai avec Petits oiseaux

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s