L’enfant doué de Joan Brady

Brady-John-L-enfant-Loue-Livre-58596_ML
Les destin Jonathan Carrick

L’histoire se passe dans les années 1860 aux Etats Unis. La guerre de Sécession vient de se terminer. Elle a laissé des milliers de veuves misérables et d’enfants affamés. L’esclavage aboli, les fermiers et propriétaires terriens ont besoin de main-d’œuvre pas chère pour remplacer leurs esclaves devenus libres.

« Un esclave noir était hors de question : la guerre de Sécession était finie. En plus, les esclaves noirs avaient coûté très cher –mille dollars rien que pour une petite fille. Mais toutes les guerres laissent des soldats morts, de pauvres veuves et des enfants affamés ; les guerres laissent aussi souvent des soldats sans travail, incapables de nourrir leurs enfants, et en ce moment –là, incapables de ne pas en engendrer d’autres. Le résultat, après la guerre de Sécession, fut une moisson de gosses dont personne ne voulait. Un paysan pouvait en choisir un, pas cher, un garçon, en plus, du moment qu’il n’était pas noir. Des tas de gens le faisaient. On appelait ça « se gager ».

Profitant d’une annonce publiée: « Garçon, âgé de six à huit. Bon foyer jusqu’à vingt et un ans. Paiement de vingt dollars à débattre. S’adresser au Magasin Général & Bureau de Poste de B.Wikin à 15h ce samedi après-midi… », Jonathan Carrick, 5 ans, est gagé pour 15 dollars chez un planteur de tabac, le plus impitoyable du Kansas. C’est l’histoire de cet enfant, aïeux de la romancière, qui est ici racontée. Au travers ce récit, nous découvrons sa souffrance et sa misère psychique et physique.
 Jonathan, devenu adulte, ne vit que pour se venger des mauvais coups reçus dans son enfance. Il deviendra un meurtrier…

Notre roman met en lumière une des périodes les plus sombres de l’histoire des Etats Unis d’Amérique : celle qui suit la fin de la guerre de Sécession et la défaite du Sud des Etats-Unis. La guerre de Sécession a fait émergé une grande nation fédérée et unie sous la même bannière étoilée. Elle a aussi mis fin à l’esclavage dans le Sud des Etats-Unis. Cependant, cette guerre (1861-1865) a fait des ravages. En effet, le bilan est lourd en perte humaine : en 4 ans de conflits, les historiens ont comptabilisé 617 000 morts. L’effondrement démographique, l’augmentation des veuves et des orphelins laissés à l’abandon et la ruine du Sud ont poussé la société à des extrêmes en terme de traitement humain.

L’enfant loué n’est pas seulement un roman qui relate une période tragique de l’Histoire des Etats-Unis. C’est aussi un récit mettant en exergue la quête des origines. Joan Brady, en écrivant l’histoire de son aîné, réhabilite non seulement la mémoire de son grand-père mais aussi celle de ces enfants du Sud qui ont été sacrifiés.


Traduit de l’Américain par Pierre Alien
Editeur: Pocket, « Collection Pocket », 1999
303 pages
Environ 8 euros

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s