L’ordre du Chaos. T.1: Jérôme Bosch

l'ordre du chaos 1
Le jugement dernier

La lecture de ce premier tome est intéressante car c’est non seulement la mise en place de l’intrigue mais il s’agit aussi d’une version inventive de l’histoire de la toile du « Jugement dernier  » de Jérome Bosch.

Dans ce premier volume les auteurs, Damien Perez, Sophie Ricaume et Geto brossent les éléments de l’intrigue. L’origine de celui-ci réside dans l’histoire de la tour de Babel. Sa réalisation est voulue par l’homme. Ce dernier veut rassembler l’humanité des premiers Âges sous les mêmes bannières. Les inventeurs veulent consolider les liens entre tous les êtres. Ils rêvent d’une cité idéale construite par tous et pour tous. Or Dieu n’est pas de cet avis. Le triomphe de l’Homme est un danger absolu pour le règne du divin c’est pourquoi il provoque la destruction de Babel. Depuis, les entités angéliques et démoniaques, appelées « Veilleurs » sont prêtes à détruire l’homme et sa tentative d’unicité. Ils font en sorte de contrecarrer l’initiative de l’homme à tendre vers un nouveau Babel. Car la nouvelle punition divine sera l’Apocalypse. La quatrième de couverture l’annonce déjà :

«  Quand le monde est dominé par le Mal, nous faisons le Bien. Mais lorsqu’il est dominé par le Bien… alors nous faisons le Mal. Nos sommes … les Veilleurs. Notre but? Dérégler la mécanique d’une apocalypse annoncée. Neutraliser six grands hommes, les six grands rouages de l’Ordre du Chaos« .

Et pour cela, les veilleurs sont prêts à sacrifier les hommes au profit de celui qu’ils servent.

L’idée est intéressante car elle reprend la théorie du complot et la loi mathématique des Probabilités. Elle prend à son compte la science quantique avec la théorie de la Corde. En même temps, la trame du récit, telle qu’elle est présentée, puise dans la Kabbale juive. Selon cette dernière, l’équilibre et l’harmonie du Monde sont maintenues par 9 anges qui soutiennent les nefs de l’Univers dans une immobilité parfaite car un seul mouvement d’eux et tout bascule.

Cependant, si la lecture se fait par la seule Raison et par la seule rationalité cartésienne alors nous nous trouvons devant une ineptie. Car Jérôme Bosch est ici réduit à sa seule folie (supposée car sur cette question, les historiens d’art ne le savent pas eux mêmes avec certitude). Le portrait de Jérôme Bosch est tout simplement risible :

 » C’est Bosch, le peintre du Roi, que nous choisîmes en l’an 1504 pour mener à bien la première partie de notre Grand Oeuvre. Un homme faible et vaniteux. Que son art allait rendre fou. Pour la plus grande gloire des Veilleurs.« 

En conclusion, la présence de la théorie du complot et l’évocation des Veilleurs rappellent étrangement la communauté des Millénium (sans parler des Cathares…). Du point de vue historique et rationnel, les décisions politiques de Philippe le Beau et plus tard de Laurent de Médicis sont des actes politiques non commandités par une secte (car les Veilleurs s’apparentent à une de ces sectes d’Apocalypse). De même, le génie de Jérôme Bosch est renié puisqu’il est manipulé par la secte et par un puissant breuvage: le Révélateur.

En bref, ce premier tome est haletant et parsemé de suspens et d’aventures. Il offre un beau moment de détente. Son graphisme permet aussi une pause artistique avant de se replonger dans le réel …


Scénario : Damien Perez & Sophie Ricaume
Dessin et Couleurs : Geto
Editeurs : Delcourt, 2011
14,95 €

 

Publicités
Cet article a été publié dans BD et comics. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s