Price de Steve Tesich

C_Price_2808
Titre : « Et soudain, l’été »

Daniel Price vient d’avoir dix-huit ans. Il va terminer ses études secondaires et avoir son diplôme. Cependant, il a perdu son combat de lutte. De ce fait, il n’aura pas la bourse universitaire qui lui aurait permis de quitter East Chicago. L’été est là et Daniel ainsi que ses deux amis de lycée déambulent dans les rues de cette ville ouvrière sans savoir encore ce que l’avenir leur réserve. Mais ceci n’est que de courte durée : l’agonie puis la mort de son père, sa rencontre avec la mystérieuse et indécise Rachel vont définitivement faire basculer Daniel dans la vie adulte…

Price est un roman fait de bruits et de fureurs. C’est la fureur de vivre et d’aimer avant que le destin ne s’en mêle pour tout détruire. C’est le temps des serments inutiles, des amitiés fragiles. Le lecteur suit les déconfitures de Daniel et voit dans sa souffrance l’amorce d’une destinée hors du commun : le roman s’achève sur une note d’espoir, un changement d’identité permettant peut-être au jeune homme dépouillé de ses rêves de devenir écrivain.

Mais pas avant l’événement cathartique. En effet, l’été des dix-huit de Daniel s’achève sur un incendie provoqué par Larry, un des amis inséparables de notre protagoniste. Larry part, sort du champ narratif comme si son rôle était de purifier l’atmosphère poisseuse de cette ville industrielle. Il allume le feu et tout brûle, tout flambe. Il allume le feu, un feu salvateur permettant à Daniel de brûler les vaisseaux qui le relie à son passé. Daniel, débarrassé de son amour sans lendemain et de sa ville peut alors goûter à la liberté…

Dans une prose rythmique tantôt poétique, tantôt empreinte de violence, Steve Tesich traduit ici l’émotion, le sentiment intense de la vie et de la mort qui percutent de plein fouet les fougues de la jeunesse. Price, de ce fait, peut s’apparenter à un roman d’apprentissage. C’est l’éveil, non au principe de réalité ou à la médiocrité de la vie adulte mais à la liberté. Daniel va suivre sa voie. Il a testé l’écriture et semble l’aimer car elle apaise et calme ses tourments. Alors que ses amis successivement se marient, Daniel devient caméléon, change d’identité et s’éveille à l’appel de l’écriture.

Price est un roman porteur de promesse et d’espoir. Daniel Price est à l’opposé de Karoo, un autre protagoniste de la prose de Steve Tesich. Si Karoo devient cynique le soir de sa vie, Daniel n’est qu’à l’aube de son existence. Tout pour lui est appelé à être et à se concrétiser. Daniel se métamorphose et devient James Donovan :

« Aujourd’hui, j’ai quitté l’endroit où j’ai grandi, convaincu que le destin n’est qu’un mirage. Pour autant que je sache, il n’y a que la vie, et je me réjouis à l’idée de la vivre.
Ainsi commençait le journal de James Donovan.
Et je m’en allai par le monde »


Traduit de l’Américain par Jeanine Hérisson
Editeurs : Monsieur Toussaint Louverture, 2014
537 pages
21,90 €

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s