Des vagues de Isabelle Simler

51582
Rêve bleu

L’enfant sombre progressivement dans le sommeil. Ses muscles et son corps l’abandonnent. Il s’enfonce dans les draps et brusquement un monde émerge…

L’enfant n’est nullement étonné. En communion avec l’Océan du monde, il se laisse prendre. Les créatures marines l’enveloppent de leur puissance comme la baleine ou de leur espièglerie comme le poisson aiguille ou encore le poisson porc-épic :

« Un POISSON AIGUILLE pique le bout de mon orteil,
Un poisson PORC-EPIC me gratte la plante des pieds, »

Quant au poulpe à long bras, n’en parlons pas : il lui enlace la cheville !

Et puis c’est un concert, un ballet orchestral car chaque poisson grand ou petit vient de toutes les mers lui rendre visite. Le poisson – vache avec sa robe jaune et son air ahuri, le poisson – pyjama qui se faufile entre ses jambes sans parler des requins qui longent son ventre, et ces girelles –paons qui encerclent son nombril.

Le corps de l’enfant devient un lieu d’exploration pour les poissons. Ces derniers éveillent l’enfant qui reste attentif aux stimuli et aux ressentis de son corps au contact des peaux froides sous-marines.

Des vagues est un récit où les mots sont presque absents. Il laisse place à l’image colorée sur fond bleu de mer. Si dans les premières pages subside une frontière entre le réel (les orteils de l’enfant) et l’onirisme, celles-ci disparaissent vite au profit de l’apparition merveilleuse d’animaux aquatiques sans pareil : le girelle –paon avec sa tête multicolore, le poisson licorne avec des yeux ronds de curiosité, la rascasse volante dont les nageoires ressemblent aux bras multiples de Shiva qui danse. Et le poisson –ange ? Et l’hippocampe feuille ?

« Et une BALEINE A BOSSE m’entraîne tout au fond.
Lorsque je remonte à la surface, soudain il n’y a plus rien.
Un grand, quelques vagues… »

On devine que la phase du sommeil paradoxale, telle la marée se retire lentement…

Par ses illustrations colorées et magnifiques, Isabelle Simler offre aux enfants et aux parents un moment de lecture et de détente enchanteur. Elle prépare doucement l’enfant à s’assoupir, à se détendre et à fermer les yeux. Les paysages sous –marins aux couleurs chatoyantes sont des ancres jetées dans le train du sommeil. Elles ornent le palais de Morphée et font fleurir vagues, houles, océans bleus, poissons et d’autres créatures connues du seul rêveur…

Ainsi, on ne peut qu’être d’accord avec l’avis de l’éditeur de la quatrième de couverture car il est vrai que « Isabelle Simler nous emmène sous les mers dans une balade aux merveilles ! »

En conclusion, Des vagues offre un moment d’évasion et d’apaisement vers les mondes du silence où bruisse la vie à l’abri des tumultes de la ville.


Editions Coutes et Longues, 2012
28 pages
22 €

 

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s