Les belles danses de Marie Desplechin et Jean – Michel Othoniel

timthumb
Les allées du Roi Soleil

Sous la plume discrète et enchanteresse de Marie Desplechin, Jean-Michel Othoniel se livre aux lecteurs. Sculpteur et artiste renommé, il revient sur un lieu d’enfance, marqué de souvenirs : les jardins de Versailles qu’il a visités à l’âge de 7 ans.

Enfant, il a été émerveillé devant les magnifiques jardins du Roi. Devenu adulte et ayant foulé d’autres lieux de légende (La Villa Médicis, l’Alhambra, les jardins japonais) il est toujours envoûté par les jardins de Versailles, œuvres nées du rêve d’un jeune roi aimant la danse et d’un vieux jardinier, André le Nôtre.

Les jardins de Versailles s’étalent langoureusement sous le regard amoureux de Jean-Michel Othoniel. C’est décidé : il va les parer de mille couleurs. Et ainsi en mai 2015, émergent des fontaines, trois sculptures installées sur les bassins du nouveau bosquet du théâtre d’Eau, lequel a été réaménagé par Louis Benech, paysagiste dont Othoniel rend hommage dans son récit.

Les belles danses relatent avec pudeur et passion cette aventure. Le récit remonte vers les sources, là où tout a commencé : l’amour de l’artiste sculpteur pour ces jardins classiques à la française, célèbres dans le monde entier :

« Le secret des jardins de Versailles se cache dans le mariage de deux idées qui nous paraissent contraires : l’ordre et l’enchantement. »

Ainsi nous confie-t-il la raison de son fol amour pour l’œuvre du grand Roi. Plus encore, l’artiste veut s’engager dans les pas de Louis XIV. Il allie l’Ancien et le Moderne. Cette alliance est magnifiquement rendue par le récit Les belles danses. Le lecteur, futur public et spectateur (peut-être) des jardins, admire les toiles et cartographies de l’époque reproduites ici. Le passé ressurgit. Les silhouettes de belles dames et courtisans réapparaissent comme par enchantement nous saluant au passage.

Mais la lumière figée du XVIIème siècle transfigure. Elle est sublimée par le présent. Les photographies montrant l’artiste qui déambule dans ces jardins témoignent de la transformation de la nature à Versailles. Le travail de l’artiste valorise le patrimoine du passé. Les jardins se réveillent et jouent délicieusement avec les structures métalliques recouvertes de feuilles d’or. Elles sont contorsionnées imitant ainsi des ombres qui dansent à la surface de l’eau. Les jardins brillent de mille feux, charmés par des perles de verres qui les ornent et les parent pour la fête.

En conclusion, les belles danses est un hommage rendu au travail des hommes qui de siècle en siècle s’attèlent à un bel ouvrage : celui d’embellir la terre qui nous abrite. L’Histoire défile avec grâce et élégance :

« A ceux qui sauront les lire, Les belles danses rappelleront les silhouettes disparues de l’enfant-roi, du petit roi danseur et du jeune Roi Soleil. J’ai dans l’idée qu’elles seront aussi une invitation à l’Histoire ».

Espérons aussi que ce merveilleux récit, placé entre vos mains, vous invite au voyage et à l’abandon car

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté. »


Editions : Courtes & Longues, 2015
80 pages
19,50 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de jeunesse, Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s