Tétraméron de José Carlos Somoza

9782330039035
Une autre dimension, là où la réalité s’évanouit …

… dans le labyrinthe du Minotaure. Tétraméron ou Les contes de Soledad s’organise autour d’une structure narrative originale. En effet, le récit commence par un avertissement et une invective au lecteur :

« Ce livre est un coffret acajou pourvu d’une serrure dorée au centre.
A l’intérieur, de nombreux autres coffrets. Tu voudras peut-être tous les ouvrir en même temps. Si tu le fais, tu arriveras à la fin plus vite que prévu et tu verras ce qu’il y a à l’intérieur.
Mais je dois t’avertir : si tu n’es pas prêt, cela peut être dangereux. »

Une fois la mise en garde posée, l’auteur présente son personnage principale : une petite fille, Soledad, l’Elue au nom ô combien symbolique ! L’enfant est orpheline de mère. Vivant dans la solitude auprès d’un père débordé et une sœur revêche, Soledad a l’impression d’être invisible, sans intérêt et de passer inaperçue auprès de ses pairs et professeurs.

« (…) Soledad ne se soucie guère de ce qui l’entoure, car elle sait maintenant qu’elle est devenue un fantôme.
Ce doit être le cas, car personne ne semble remarquer sa présence »

Cependant, une sortie scolaire va faire basculer la vie de la petite fille et la soustraire du monde. En effet, errant sans but, l’enfant va s’engouffrer dans une brèche, une vieille porte puis un escalier. Elle descend inlassablement dans les profondeurs souterraines à la recherche d’elle même :

« Elle la (la porte) pousse et accède à un autre niveau de ténèbres. Un escalier en colimaçon s’enfonce, bordé d’ampoules fixées sur les murs. Elle descend les marches en laissant glisser sa main sur une rampe de fer forgé qui serpente vers le fond. Elle fuit comme si quelque chose la poursuivait, horrifiée à la simple idée de retourner avec un groupe d’êtres vivants alors qu’elle ne s’aperçoit pas que les murs se rapprochent et que ce qui était un escalier respectable perd sa rampe et s’affine… »

Plongée dans un monde inversé, Soledad n’est plus seule puisqu’elle est entourée de présences insolites, une confrérie occulte composée de quatre vénérables qui se réunissent pour conter des histoires qui ne sont ni merveilleuses ni cruelles ni horribles. Ce sont des récits de la vie et de ses conséquences désastreuses sur les multiples créatures humaines. Soledad écoute, invective, répond mais ne sait pas réellement ce qui l’attend à l’issue de cette fête étrange. Elle est entièrement livrée à la curiosité, elle est suspendue aux récits qui lentement la happent et l’ensorcellent jusqu’au moment où…

Tétraméron se veut être un hommage au récit du grand Boccace. Cependant, si les personnages du Maître italien se protègent de la peste qui ronge Florence en se racontant des histoires délicieuses et cruelles, Soledad fuit la vie et le monde pour rejoindre l’imaginaire. Elle se réfugie dans la solitude du mot.

José Carlos Somoza s’inspire ici non seulement du Décaméron de Boccace, de Heptaméron de Marguerite de Navarre mais aussi d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Cependant, il s’en éloigne. Le récit est sombre. C’est l’apprentissage de la vie. C’est le réveil à l’âge adulte de Soledad. La petite fille transmue, se métamorphose : de la chrysalide, elle devient papillon.

Tétraméron offre un moment de lecture savoureuse. Comme Soledad, le lecteur est intrigué et au fil des pages, il est comme happé par les récits, par ces quatre initiateurs qui tour à tour énigmatiques, cruels et dupeurs. Car en fin de compte, qui est Soledad ? La réponse se trouve seulement à la dernière page.

Alors prenez garde :

« Le dernier coffret est le dernier car on doit l’ouvrir après avoir soigneusement examiné tous les précédents. Ne viens pas me dire ensuite que je ne t’ai pas prévenu. »

Il y a un temps pour tout et aux lecteurs patients, la récompense est à la hauteur de l’attente…


Traduit de l’espagnol par Marianne Millon
Editeurs : Actes Sud, 2015
240 pages
21,5 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de langue espagnole/ Amérique Latine et du Sud, Littérature espagnole de langue catalane. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s