Le chaste monde de Régine Detambel

9782330048341
La vie d’Axel

Axel von Kemp est un jeune garçon au tempérament aventurier. Enfant, il rêve de suivre les traces des grands explorateurs. Ses idoles sont Bougainville, James Cook ou encore La Condamine. Leurs exploits nourrissent son imagination et sont autant de remparts contre la solitude du froid château familial :

« Ivre de leurs expéditions, Axel a déjà la certitude qu’eux seuls sont allés jusqu’au bout, qu’ils ont su tirer de leurs épuisants voyages la conclusion juste de leur amour contrarié, de leur esprit fêlé ou de leur obsession de gloire. On ignore toujours les raisons exactes des héros »

Cependant trop jeune pour pouvoir voler de ses propres ailes, Axel se morfond dans la demeure triste et sombre entre un père brutal et une mère dévote. Seul Wilhelm semble être pour l’instant un confident bien que tout oppose les deux frères.

Axel von Kemp survit à l’ennui entre l’université, les tavernes et les aventures masculines sans lendemain pendant que l’Europe est secouée par la Révolution Française suivie de la Terreur. Axel est enthousiaste. Il est ami de Goethe et des grands noms de son époque. Il réussit comme ingénieurs des Mines. Mais le rêve d’aller se perdre au bout du monde et de découvrir l’inconnu le tenaille toujours. Jusqu’au jour où bascule son destin : il tombe amoureux d’une femme, Lottie et part avec elle dans le Nouveau Monde…

Le chaste monde est un roman qui peut se diviser en deux parties. La première est prenante. Elle présente au lecteur un jeune homme plein de fougue, en proie au mal du siècle et proche des héros romantiques. Il lit Atala et il est envoûté par « la longue chevelure de la vierge », héroïne du roman. Tiraillé par des amours interdits, il tente de cacher son « péché » et s’attèle à une lente et minutieuse autodestruction.

Cependant, la seconde partie qui aurait pu être plus haletante encore puisqu’il s’agit de la réalisation de son rêve est contrariée dans sa narration par le personnage de Lottie. L’auteur donne trop de place à cette femme, enfant gâtée, immature et fantasque. Le second temps de la narration se referme sur le couple Axel/Lottie et délaisse le voyage proprement dit et le travail d’Axel en tant que botaniste et aventurier. De ce fait, le roman acquiert un accent de sensiblerie et de mièvrerie propres au genre roman d’amour à « l’eau de rose ». Le récit s’essouffle et ce qui au départ semblait être un récit d’apprentissage cède vite place à la description d’un couple « infernal » dont la passion réside dans le fameux paradoxe du « je t’aime, moi non plus ».

En conclusion, malgré tout, il est sans conteste que le style de Régine Detambel est énergique. Il fouette le sang. Il est tour à tour drôle et tragique. En un mot, il célèbre la vie dans ses moindres méandres.


Editeurs : Actes Sud, 2015
268 pages
20,80 €

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s