La nuit des princes Texte de Michel Sauquet Illustrations graphiques & calligraphiques Laurent Pflughaupt

41CQ3T7HD2L._SX231_BO1,204,203,200_
Le temps d’une trêve

Quatre personnages se retrouvent dans la station de métro Nation à Paris. C’est la dernière nuit de Noël du siècle. Cette nuit là, ils sont retenus comme captifs. Ils sont en garde-à-vue. Le narrateur que tout sépare des trois autres, entreprend un rêve initiatique qui le propulse en d’autres temps et en d’autres lieux. Ce sera pour lui mais aussi pour le lecteur une nuit de révélations et de découvertes mais cette nuit promet aussi aux personnages une aube inhabituelle ….

Le récit de La nuit des princes amène le lecteur dans un voyage merveilleux oscillant entre une réalité frustrante, avilissante et un univers onirique, lieu des possibles et des rêves. C’est une terre qui transfigure la laideur et la misère. C’est un endroit où on accède par le sommeil et le rêve qui constituent le chemin de traverse. C’est un lieu où les anges déchus comme nos personnages clandestins, sans papiers retrouvent leur monde et leur magnificence d’avant la chute. Ainsi, l’Ethiopien devient le prince Menelik, régnant sur un royaume aux innombrables sujets. La vendeuse Chinoise de rouleaux de printemps devient la princesse Tsai – t’iên, fille d’un puissant monarque de l’Empire du Milieu. Le Péruvien fatigué revêt les habits de lumière d’un prince du nom de Atahualpa. La nuit des princes sublime les êtres brisés, livrés aux caprices du destin. Les mots et images deviennent un baume, un onguent qui réparent pour un temps les humiliations subies et les outrages perpétrés.

Le récit se déroule dans un temps liturgique voulu par l’auteur puisqu’il s’agit de la nuit de Noël. Un événement pourtant insolite et inattendu va bouleverser la vie de ces pauvres gens et comme le dit l’auteur, il « va entrouvrir les portes d’un nouveau et imprévisible millénaire »…

La nuit des princes est un récit poétique et touchant. Les illustrations et calligraphies embellissent l’ensemble grâce au talent de Laurent Pflughaupt.


Gallimard, Alternatives Collection « Grand Pollen », 1999
96 pages

Publicités
Cet article, publié dans Littérature et Calligraphie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s