Louise de New York. Détective. Texte de Jean Poderos et Illustrations de Gaia Guarino

Louise_de_New_York
Chronique d’Abigail

Louise dispose de mille vies, de mille dons différents! Louise a la faculté de devenir qui bon lui semble. Et, précisément pour ces excellentes raisons, Louise décide qu’elle est la bonne personne pour résoudre cette épineuse énigme: qui, mais qui, a bien pu plonger tout un quartier de New York, la ville monde, dans le noir? Voilà posée la question de départ… et voilà la curiosité du jeune lecteur- du moins jeune aussi- chatouillée.
Dès le départ, l’oeil est flatté par la profondeur des couleurs qui s’embrasent pour faire ressortir les buildings de la Grosse Pomme sur un profond ciel de nuit, sous les mains de Gaia Guarino, tandis que Jean Poderos accompagne le lecteur qui se glisse furtivement dans les pages, à la suite de Louise, témoin de son enquête. C’est leur alchimie qui crée cette atmosphère, une mise en scène distanciée rappelant l’esprit des séries policières.
Louise ne mène pas seule son enquête. L’étrange vieille dame qui « ne parle jamais à personne » se voit toujours talonnée par Clairon, le gros chat.
La vieille dame conserverait secrètement des dossiers de ses enquêtes passées… L’enjeu humoristique tient la gravité à distance. Néanmoins, l’infatigable Louise sait bien qu’il lui faut résoudre un angoissant mystère: qui a coupé l’électricité dans tout le quartier, favorisant la peur si enfantine du noir? Et voilà que sur un fond bleu nocturne, l’enquêtrice à sa fenêtre réfléchit. Clairon, le félin pensif, paresse derrière la vitre… Et toujours cette voix qui appelle « Louise! Louise! »… Le lecteur s’interroge.
Pendant ce temps, le rythme va crescendo, un coupable est trouvé, un scénario de résolution se met en place… Et Louise peut venir à table. La porte de la chambre de la petite fille s’entrouvre sur le visage de sa mère.
Et oui! Louise n’est pas une vieille dame. Mais bien cette enfant emplie d’imagination, capable de cette échappée belle hors du quotidien. Loin du réel, loin des injonctions adultes, dispensée momentanément de grandir. Louise s’invente des rôles sur mesure au pays de Broadway, dans une New York chatoyante, là, dans l’appartement abri si cosy, si pimpant…
Un rien lui suffit. Qui sera-t-elle demain?


Les éditions Courtes & Longues, 2015
22 euros
A partir de 5 ans

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s