Mon monstre. Texte de Marie Sellier. Illustrations de Jean – Luc Buquet

41K36Z-tmNL
Chronique d’Abigail

Hé oui! Je suis le gardien d’un monstre… Moi, doudou désarticulé, tout doux, corps tendre et mou, pelucheux et souple, me voilà érigé en gardien du sommeil d’un enfant. Cet enfant qui m’a choisi, désigné, pour doudou; sa peluche, celle qu’il sert, étreint , son objet de transfert. C’est ma mission; je la prends à coeur.
Me voilà, tout effondré, sur le lit du garnement endormi, sous le crayon ami de Jean-Luc Buquet, le long de planches qui se succèdent, tout en douceur, en traits sobres, esquissés: me voici croqué. Je me mets en mouvement. Je prends vie; Marie Sellier sera ma voix.
L’enfant plongé dans le sommeil se tourne, se retourne et ne s’est aperçu de rien. Me voilà assis. Car j’ai à vous parler, lecteur.. « J’ai un monstre ».
Pour me faire comprendre, je m’arme de mes plus beaux crayons, les plus colorés, les plus vif, et je vais dessiner. Dessiner exactement comme le ferait un enfant en âge de posséder un doudou, de dormir avec pour ne pas s’effrayer lui-même des monstres de ses rêves.
Je vais mimer aussi, expliquer les attitudes têtues, colériques, insupportables, capricieuses, méchantes d’un enfant qui refuse, qui s’oppose, qui  dit « NON », qui ne veut pas écouter. C’est son leitmotiv. Le refus… C’est un enfant qui répète »NON »! Non, tout le temps, sur tous les tons.
Il ne le voit pas, mais ceux qui l’aiment ont de la peine. Surtout lorsqu’il tape! C’est trop laid, je ne veux pas heurter, alors je vais vous montrer en ombres chinoises la vilaine chose que de frapper!
Et puis, comble du comble, voilà que je lui sers de prétexte! Mais bon, il en va ainsi… Je suis un doudou. Un objet de transfert. Je suis surtout une peluche, corps tout rond, tout doux. Et puis, après tout, je l’aime ce monstre.  Mon monstre.
Voilà des planches et une histoire très claires, très belles, pleines de vie et d’expressions qui reprennent exactement celles de l’enfant. Car, qui mieux que le doudou qui ne punit pas pour servir de miroir, montrer, expliquer tout en tendresse les attitudes qui blessent, apprendre à grandir sans heurter? Alors, il ne reste qu’à tendre l’oreille et suivre des yeux les illustrations lumineuses, enfantines et poétiques.


Editions Courtes & Longues, 2014
19,50 Euros
A partir de 5 ans

Publicités
Cet article, publié dans Littérature de jeunesse, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s