La papote. Un conte de Yannick Jaulin. Illustré par Samuel Ribeyron

9782278077915-001-G
Chronique d’Abigail

Voici l’histoire, contée par Yannick Jaulin, d’une petite poupée de chiffon, la papote, dotée d’un pouvoir magique. Toutefois, ce pouvoir change de nature selon la nature profonde du propriétaire de la papote…
Colorées, naives et stylisées les planches de Samuel Ribeyron livrent une cohorte de détails. Au lecteur de laisser glisser son regard le long de ces illustrations pour en admirer tous les secrets.
La papote, c’est aussi l’histoire de la petite cadette, Mimosa, qui vit seule avec ses deux soeurs. Solitaire, innocente, Mimosa se rend au marché. C’est bien la seule à approcher le marchand de poupées. C’est bien la seule à croire en sa comptine:

 » A la balote
Marie-Charlotte
Qui fiat des crottes
Pour sa papote »

Naivement, Mimosa y prête foi et sauvera sa poupée de la colère de ses soeurs. Parce que Mimosa, minuscule petit personnage habillé d’un grand bonnet à fleur et d’une robe trop grande, est toute vibrante de sa lumière intérieure, animée par la force de conviction des doux, des tranquilles, des rêveurs. Guidée par sa propre innocence. Le marchand s’avère en fait un allié de Mimosa… Car c’est celle qui s’éclaire de l’intérieur: petite âme pure, solitaire et aimante, la papote fera sa fortune!
C’est compter, comme dans tout conte qui se respecte, sans un envieux. Un voisin mal intentionné. Si noir à l’intérieur qu’il dérobe la papote. Qui devient entre ces mains un petit démon agressif: elle n’est plus cette poule aux oeufs d’or… Ce qu’elle donne c’est une invasion de matière noire et puante.
Comme dans tout conte, un jeune prince fait son apparition, maladroit, un peu coq… Attaqué par la Papote, nul ne peut le délivrer! Les illustrations reflètent la mise à distance humoristique de cet aspect des contes. D’autant plus que, cette fois, c’est le prince qui sera délivré… par Mimosa!
La Papote se veut le prolongement de chiffon, l’ouverture sur la magie, le rêve, la prolongation de Mimosa et de sa part d’enfance solitaire.
Finalement, le destin sourit aux rêveurs, aux poètes, à ceux qui savent garder leur flamme intérieure.


Edition: Didier Jeunesse, 2015
12,50 euros

A partir de 5 ans 

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature de jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s