Mattéo. Troisième Epoque (Août 1936) Auteur : Jean Pierre Gibrat

A1HKASaUIiL
Révolution sociale

Souvenez-vous: nous avons laissé Mattéo en proie aux horreurs de la Première Guerre Mondiale dans le Tome 1. Jeune, fougueux et fou amoureux de Juliette, Mattéo revient de la guerre totalement dégoûté par « cette boucherie héroïque ». Son ami Paulin est alors rendu aveugle par des blessures et les gaz… Puis, dans le deuxième tome, nous avons continué à accompagner Mattéo dans sa lutte contre l’injustice et l’oppression. Malheureusement, comme d’habitude, Mattéo se laisse porter par les événements. Il part en Russie et s’enrôle pour se battre aux côtés des camarades lors de la Révolution Russe de 1917. De cette aventure, il ressort amer et encore plus désillusionné.

Dans ce troisième tome, l’atmosphère est un peu plus détendue. C’est l’époque des congés payés et des premières vacances pour les couches populaires de la société française. La figure de Léon Blum devient le centre des discussions. Il est la figure du progressisme sociale alors que pour la classe nantie, il est abhorré. Les revendications sociales et leurs effervescences traversent ce volume.

Au tout début du récit, nos amis, Mattéo, Paulin, Amélie et Augustin s’en vont passer deux semaines de vacances à Collioure. Les planches ont des teintes et des couleurs moins sombres par rapport aux deux tomes précédents. L’ocre prédomine. Cette couleur côtoie un dégradé de bleu évoquant ainsi la chaleur, le soleil du Sud et la mer méditerranéenne.

Cependant, on apprend au fil des pages que Mattéo a été au bagne. C’est une période de sa vie dont il ne souhaite pas parler. Notre personnage est devenu plus taciturne et moins spontané. A l’orée de ses 40 ans, il revoit Juliette, son amour de toujours. Leur relation n’a plus cette fougue du passé et il va aussi apprendre certaines vérités qui vont le bouleverser…

Avec finesse, Jean-Pierre Gibrat évoque aussi la guerre d’Espagne. Cet événement historique va fléchir le cours des choses et obliger une nouvelle fois encore Mattéo à prendre des décisions.

La fin du récit redevient sombre. Si le début coïncide avec le soleil, la lumière et la mer, la dernière page plonge le cortège des personnages dans la nuit. C’est la nuit de la fuite, du meurtre et des adieux…

L’ensemble est toujours aussi bien écrit. On n’attend la suite avec impatience…


Editions : Futuropolis, 2013
80 pages
17 €

Publicités
Cet article, publié dans BD et comics, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s