Au delà des terres infinies de Genyû Sôkyû

Au-dela-des-terres-infinies-de-GENYU-Sokyu
L’autre visage dans le miroir

Au delà des terres infinies interpelle par l’étrangeté de son intrigue. En effet des éléments insolites interviennent et perturbent l’existence tranquille d’un moine, Sôkudô, gardien du temple de son village. Dès les premières pages du récit, le lecteur est aspiré dans le rêve du moine Sôkudô qui voit un jardin zen ravagé par les pieds d’une enfant. Est-ce un signe ? Est-ce un rêve prémonitoire ? Quoiqu’il en soit, c’est le début d’une perturbation. Le moine est alors saisi d’un état de malaise, il est déconcentré dans sa méditation. Les événements vont s’enchaîner: d’abord, il assiste à la mort de Madame Ume, une grande médium. Puis il devient le témoin privilégié du comportement insolite de sa femme Keikô (dans certaines branches du bouddhisme, le mariage des moines est toléré). Progressivement, le lecteur apprend qu’il s’agit d’une jeune femme fragile qui vit recluse depuis la mort de son jeune enfant dont elle ne parvient pas à faire le deuil. L’état de son épouse et la mort de ses fidèles donnent matière à réfléchir à notre moine …

Le roman est écrit avec beaucoup de poésie. L’auteur insiste sur le combat intérieur du moine. Il est tiraillé par ce qu’il appelle son « pragmatisme » et par des « visions » qui saisissent ceux qui ont le pouvoir de « communiquer avec le divin », comme la médium défunte. Mais le lecteur apprend que c’est un pouvoir que Sôkudô possède sans le savoir. L’intrigue est saisie d’une puissance dramatique qui atteint son paroxysme avec la scène finale dans laquelle il n’y a plus qu’un huis clos: le moine en prière, son épouse, et semble-t-il la présence des invisibles, notamment celle du fils décédé…

Au delà des terres infinies s’interroge sur le sens de la vie et de la mort. Le roman s’inscrit dans cette angoisse à peine voilée de ce qui se passe après le trépas. Qu’en est-il de nous une fois mort? Que deviendrons-nous? Dans la Roue du Samsara, l’âme se réincarne infiniment à cause des dettes antérieures et à cause de la non capacité à dépasser le monde des sens et des désirs. Cependant, la pratique du Dharma conduisant à l’Eveil permet à l’esprit de se libérer et d’échapper à la Roue pour entrer dans le Nirvana c’est-à-dire dans le Vide, la non matière, le non désir et l’abolition des cinq sens, ceux – là mêmes qui nous tiennent captifs du monde des Illusions. L’esprit entre dans un état autre et se répand dans l’univers. Il devient infini, omniscient comme l’extension du cosmos.

Le roman s’inscrit dans cette trajectoire. Mais le doute s’insinue dans l’esprit de l’épouse. Sa très grande sensibilité depuis le deuil de son enfant, lui permet d’entrevoir l’invisible. Par la même occasion, elle devient le réceptacle des émotions et des sensations qui la dépassent. Elle s’interroge, elle questionne et tente de remplir ce silence et ce grand vide face au mystère de la Mort.

Ecrit dans un style poétique le récit nous happe par sa douce mélancolie. Mais pas seulement. Le roman met en exergue un autre visage du Japon peu connu du public occidental : celui de sa très grande spiritualité héritée du bouddhisme chinois et du shintoïsme. L’irrationnel envahit l’espace du récit et « casse » la régularité des rites qui scandent la vie quotidienne du couple. Ecrit par le moine Genyû Sôkyû, le roman devient un espace de transition, un entre-deux dans lequel le réel, le quotidien et le tangible communiquent avec l’inexplicable, l’improbable, l’irrationnel et peut-être l’au-delà sans pourtant frôler le fantastique ou l’épouvante


Roman traduit du japonais par Corinne Quentin
Editeurs : Philippe Picquier, 2008
128 pages
12,50 €

Publicités
Cet article, publié dans Littérature japonaise, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s