La madeleine de Proust. Illustré par Betty Bone

9782352900740FS
Emergence du souvenir

Il est vrai que les textes de Marcel Proust sont peu accessibles aux enfants tant par la densité de ses intrigues que par sa prose riche et complexe à la fois.

Cependant, les éditions Courtes & Longues ont réussi ici leur pari : offrir un plaisir de lecture au petit public devant un grand texte du panthéon littéraire français. Les moyens artistiques, le choix des extraits concourent à rendre la tâche moins ardue.

En effet, La madeleine de Proust réunit ici trois récits extraits du roman Du côté de chez Swann. Il s’agit du texte titre « La madeleine de Proust », « Le drame du coucher » et « Gilberte ». Chacune de ces histoires insiste sur une problématique connue des enfants. D’abord, le souvenir des temps heureux de l’enfance. Le narrateur, devenu adulte, se remémore un instant précis de sa vie enfantine à la campagne grâce au goût délicieux d’une madeleine trempée dans une tisane :

Un plaisir délicieux
m’avait envahi. D’où avait pu me venir cette puissante joie ?
Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau.

Cette tisane et sa madeleine offertes par une mère attentionnée ont suffi à abolir la frontière entre le présent et le passé. Le goût de cette pause gourmande et rassurante bouscule les repères et cède place à l’acte démiurgique du souvenir. Le narrateur se retrouve dans le Combray de son enfance :

Toutes les fleurs de notre jardin, tout cela qui prend forme et solidité, et les nymphéas de la Vivonne est sorti, ville et jardins, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l’église et tout Combray et ses environs,
de ma tasse de thé.

Dans « Le drame du coucher » et dans « Gilberte », le narrateur s’attardent sur l’évocation d’un passé teinté de nostalgie. Il décrit sa peur du noir et par ses mots, il permet aux enfants de s’identifier à lui dans sa terreur nocturne. Les petits lecteurs peuvent alors se rassurer : ils ne sont plus seuls car d’autres ont éprouvé cette même sensation désagréable. La lecture et le texte deviennent des alliés. Ils soutiennent et accompagnent les petits dans cette épreuve. Plus encore, l’enfant découvre aussi l’expérience de l’amitié naissante et la fugacité de ce sentiment dans « Gilberte ».

La madeleine de Proust est magnifiquement illustrée par Betty Bone. L’auteure met son talent au service de la littérature. Par ses couleurs chaudes et ses portraits expressifs qui inondent la chambre de l’enfant lecteur, Betty Bone rassure, magnifie, sublime les mots et la création de Proust. Elle permet de mettre en exergue l’apprentissage en douceur du monde. Elle offre une opportunité d’apprivoiser les nostalgies du temps qui passe. Accompagnant la voix de Marcel Proust, elle distille l’amour de belles lettres dans les oreilles de ses petits lecteurs mais aussi des adultes, enfants devenus grands…


Editions Courtes & Longues, 2011
48 pages
19 €
A partir de 6 ans

Publicités
Cet article, publié dans Littérature de jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s