Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm

delerm
Impressions fugaces

La prose de Philippe Delerm relève d’une volonté particulière de s’intéresser à des instants de vie. Dans cet opus d’une poésie manifeste, l’auteur offre à son lecteur un vrai plaisir de lecture. En effet, Les eaux troubles du mojito est un ouvrage qui condense quarante deux récits très brefs à la thématique surprenante et teintée de la couleur de l’été. L’approche de Philippe Delerm est originale à plus d’un titre. D’abord, il valorise les petites choses de la vie quotidienne en objets littéraires. Ainsi, la pastèque se voit le protagoniste d’un récit de deux pages dans lequel ses qualités gustatives et sa couleur « rouge – rose » à « la solide écorce vert profond » sont mises en valeur. Il y a aussi ce petit navet qu’on oublie tant de citer ! L’auteur, quant à lui, s’y intéresse et lui redonne de la noblesse. Ecoutons son chant sur le navet, le mal – aimé :

« Il est toujours le parent pauvre, réduit à quelques unités précieuses et menacées. Couronné de mauve, il avait un petit côté vieillot et rondouillard, idéalement conçu pour l’idée de la soupe. Mais passé à l’épreuve de l’épluche – légumes, il a gagné une blancheur immaculée… »

On se surprend à sourire en parcourant les descriptions de Philippe Delerm. On devine l’auteur, en Sherlock Holmes, muni de sa loupe à la recherche de la fine particule du petit monde des légumes et fruits si communs, allongés sur les étals colorés des marchands. Et c’est ici que réside l’autre façade de l’originalité de Philippe Delerm. Par le choix de ses motifs littéraires, Les eaux troubles du mojito donne place aux simples et aux humbles. Il évoque aussi bien l’univers secret des végétaux, des plantes et fruits mais aussi des liqueurs qui une fois le palais humecté laisse entrevoir des mondes étranges et insolites.

« Le mojito, c’est à la fois opaque et transparent. Dans les verts, bien sûr, mais dans les noirs aussi, avec des zones un peu plus claires à la surface et des mystères insondables tout au fond de l’apnée. On y trempe les lèvres, surpris de cette fraîcheur qui sait prendre les oripeaux d’une moiteur de marigot. »

Ainsi la nouvelle – titre décrit – elle le pouvoir du mojito de faire jaillir des mondes imaginaires, cristalliser des souvenirs qui viennent. Comme la madeleine de Proust, peut-on évoquer le mojito de Delerm ? Pareil à un peintre, l’auteur collectionne les motifs d’étude, il trace des esquisses et offre aux lecteurs des croquis littéraires où l’instant présent saisi sur le vif est porté à son paroxysme en terme d’intensité sensorielle. Oui, les nouvelles composées ici sont des expérimentations, des moments qui consent à ce que l’artiste les saisisse pour les rendre immortels. Les impressions, les amitiés célébrées sous le grand arbre réconfortant des soirs d’été et les souvenirs de voyages sont salués car ils constituent par petites touches la toile de notre vie. Ils rendent compte du bonheur récolté quant bien même le moment est fugace car rien ne dure sinon l’instant vécu.

Les eaux troubles du mojito est un ouvrage précieux de cette rentrée littéraire 2015. Il parle non à notre raison mercantile, non à notre ego mais à nos émotions simples, sans artifices ni superficialité.

« (…) pour profiter vraiment du soir d’été, il faut que vienne au cœur l’idée de sa fragilité, la sensation qu’on le vit pour la dernière fois. J’ai fait une salade de fruits pour le dessert. Allumons une cigarette. Souvenons-nous du présent. Vivre dans le présent. Avec le sentiment que c’est presque impossible. »


Nouvelles
Editeurs : Le Seuil, 2015
110 pages
14,50 €

Publicités
Cet article, publié dans Littérature française, Rentrée littéraire 2015, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s