Histoire d’amour racontée avant l’aube de Duong Thu Huong

2-7526-0250-2
Quand le pouvoir politique s’invite dans l’intimité des êtres

Dans ce bref roman, Duong Thu Huong attaque de nouveau le Parti communiste vietnamien et dénonce un de ses nombreux abus: la violation de la vie privée.

En effet, l’intrigue aurait pu être banale: une histoire d’amour contrariée. Or chez cet auteur, il n’y a pas de mièvrerie ni roman à l’eau de rose. L’intrigue commence ainsi : Sinh et Luu conviennent de la mort de leur couple. D’un commun accord, ils décident de divorcer et ainsi chacun pourra par la suite retrouver le bonheur. Cependant, la ligue des femmes n’entend pas de cette oreille. Le grain de sable a pour visage la Présidente de l’Union des femmes du district Hông Thâm. Celle-ci, au nom du droit de la femme, va semer le drame dans ce couple…

Duong Thu Huong dénonce ici une des formes de la privation de liberté individuelle la plus intrinsèque à l’homme: la liberté intime, le droit au bonheur.

Or le Vietnam est un pays où le droit de la femme est assez fluctuant. En effet, la femme vietnamienne est libre du point de vue de la loi mais asservie par l’imprégnation de la tradition confucéenne qui régit la société et la structure familiale depuis des siècles. Dans un pays pétri de confucianisme, la femme est effectivement soumise à la loi du clan et aux traditions (mais pas à un homme). Elles font des études, accèdent à des postes de cadres mais elles doivent obéir à la tradition ancestrale (chasteté, fidélité, loyauté, asservissement conjugal et familial pour maintenir la cohésion du groupe). Il est vrai qu’avec l’avènement du communisme, la femme accède à plus de droits. Elles peuvent divorcer, elles peuvent renier le clan auquel elle appartient sans être frappées d’ostracisme. Beaucoup ont pu accéder aux études et se dégager de la tutelle familiale. Un fait très important et inédit: elles peuvent adopter les enfants sans être mariées. C’est la cas des femmes vétérans ou celles qui ont construit la route de Hô Chi Minh qu’on appellent des 5 sans (sans mari, sans famille, sans enfants, sans l’intégrité physique, sans soutien). A la décharge du communisme vietnamien, son avènement a libéré la femme du joug confucéen et traditionnel. Et ceci, grâce au combat des femmes et au féminisme au Viêtnam.

Cependant, ce que Duong Thu Huong reproche au féminisme, ce n’est pas le combat qu’il mène pour affranchir la femme du joug clanique mais là où elle le rejette c’est l’alliance entre le Parti et les féministes pour asseoir l’ancrage du Régime jusque dans la chambre conjugale. Dans une société pyramidale où chaque individu fait partie d’un maillon de la chaîne, si on contrôle la base, on contrôle tout. Ce principe fondant toute forme de dictature constitue pour l’auteur une régression en terme de progrès et d’épanouissement. Nous le voyons dans le roman par l’omniprésence du Parti qui entraîne l’anéantissement et du couple et de l’individu.

Ce roman tout comme celui de Nguyen Quang Lâp, Fragments de vie en noir et blanc rejette cette intrusion du Parti dans l’intimité des êtres. C’est ce que Nguyen Quang Lâp appellera une « obscénité obsessionnelle érigée en paranoïa« .

Histoire d’amour racontée avant l’aube est un court roman incontournable de l’œuvre de Duong Thu Huong. S’apparentant à un conte que les anciens racontent lors des veillées avant l’arrivée du jour, Duong Thu Huong initie son public aux difficultés et à l’absence des libertés fondamentales que subissent les gens de son pays natal


Roman traduit du vietnamien par Kim Lefèvre
Editions de l’Aube, Coll. »Poche », 2006
142 pages
7,50 €

Publicités
Cet article, publié dans Littérature vietnamienne, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Histoire d’amour racontée avant l’aube de Duong Thu Huong

  1. J’ai lu Zénith de l’auteur mais je ne connaissais pas celui-ci, tu m’as donné envie de le lire, merci beaucoup ! 🙂

    J'aime

  2. jostein59 dit :

    Je ne connaissais pas ce titre de l’auteur. Un court roman, assez rare pour cette auteure…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s