Le quartier américain de Jabbour Douaihy

9782330053086
A la croisée des destins

Le jour se lève lorsque le lecteur pénètre dans l’univers du Quartier Américain, lieu qui sert de décor au récit de Jabbour Douaihy. Les habitants émergent peu à peu de leur sommeil. Ainsi Intissâr repousse-t-elle les couvertures et se prépare-t-elle à une nouvelle journée de travail et d’angoisse face à la disparition insolite de son fils aîné, parti on ne sait où:

« Le jour s’anime. Une rumeur s’élève des escaliers du quartier. Intissâr jette un regard dans l’autre chambre, où dorment les garçons, des fois que son fils aîné, Ismaïl, serait rentré discrètement dans la nuit. Voilà deux semaines qu’il la prive de sommeil ; deux semaines qu’il a disparu sans rien dire. »

Le voile se lève progressivement sur ce début d’intrigue. Le lecteur sait que le personnage du fils occupera un rôle essentiel dans la trame narrative. Aussi, le lecteur se laisse aller et accompagne Intissâr jusqu’au lieu de son travail. Il traverse avec elle ce fameux quartier appelé américain « en raison d’une école anglicane désaffectée dont, pendant des années, un bureau des redoutés Renseignements de l’armée de l’air a occupé les bâtiments à moitié croulant » et côtoie toutes les couches de la population. Ce qu’il verra, les bruits qu’il entendra, l’aspect miteux du lieu le renseigneront sur l’histoire de l’endroit autrefois riche et par extension, de Tripoli :

« On voit encore la trace d’une rose gravée dans un carré de marbre au-dessus de la grande porte d’entrée en bois de résineux et quelques vestiges d’ornementations le long de la corniche du plafond, détails témoignant du triste état de la bâtisse, mais aussi de la vie que le Quartier américain a pu connaître autrefois, avant d’être envahi par les pauvres des montagnes voisines, où la culture des abricotiers, ni d’aucun autre arbre fruitier, ne suffit plus à nourrir leurs familles ».

A cette masse des infortunés dont fait parti la famille d’Intissâr s’ajoute la situation de son actuel employeur, Abdel – Karim, descendant d’une lignée de notable bien en vue de la ville. L’homme a été un fils prodigue aux amours contrariées. Après son retour au pays, il vit reclus dans la demeure familiale. Dépressif et un brin misanthrope, il vivote jusqu’au jour où l’Histoire le visite et l’oblige à prendre position. Il se retrouve alors complice d’ actions qui le dépassent…

Le quartier américain est un roman très subtil aux pages remplies d’une écriture raffinée et acerbe. En effet, l’intrigue est menée d’une main de maître. La relation reliant Intissât, Abdel –Karim et le fils d’Intissât, Ismaël souligne la force du hasard dans le conditionnement des destins croisés. Ismaël se révèle au contact d’ Abdel –Karim qui, face à la situation tragique et sans issue d’Ismaël, devient à son tour un initiateur. Il permet à Ismaël, le fils égaré de s’affranchir et de devenir libre assumant ses actes et sa condition de paria.

Mais le talent de Jabbour Douaihy réside dans le portrait qu’il fait d’Ismaël. Il trace son parcours et remonte à l’origine de son engagement dans le djihad. En montrant le dévoiement d’une certaine jeunesse désœuvrée et aux prises avec la pauvreté, l’auteur recherche les causes originelles du mal. Cependant, il entend au travers de cette figure du fils révolté et dévoyé, dénoncer la radicalisation du discours religieux très vivace dans certaines régions du monde.

Parfaitement traduit de l’arabe par Stéphanie Dujols, les éditions Actes Sud offrent ici une très belle page littéraire libanaise.


Roman traduit de l’Arabe (Liban) par Stéphane Dujois
Editeurs : Actes Sud, Coll. « Sindbad », l’Orient des Livres, 2015
178 pages
19,80 €
14,99 € en version numérique

Publicités
Cet article, publié dans Littérature du Moyen Orient, Rentrée littéraire 2015, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s