Cette nuit là … au musée de Isabelle Simler

COUV_Conf

http://isabellesimler.com

Chronique d’Abigail

Isabelle Simler revient, avec toute sa palette identifiable, son écriture toute personnelle tant dans le trait que dans ce travail sur la vibration intérieure des couleurs.
C’est là sa griffe, et elle vient frapper le regard dès l’ouverture de l’album Cette nuit là… au musée.
Ici, la couleur tutélaire du bleu, si profond, de la nuit offre son écrin à un lieu. Un musée. Un bâti à l’architecture contemporaine, un vaisseau de verre, aux facettes multiples et aiguisées dans lesquelles se reflètent et se répètent les nuances du bleu. Mais que cache un tel endroit? Que vient-on voir dans ce musée? Qu’y expose-t-on? Cet espace, secret, se ferme au regard des visiteurs. C’est la nuit qui vient… C’est la nuit qui succède à l’heure bleue…
Viennent les listes, familières à l’auteur, énonciatrices d’un catalogue, d’éléments aux formes disparates, ce cumul poétique des fossiles, d’insectes magnifiques, des planches où alternent les carapaces bigarrées, les ailes aux éclats insolents…
Dans le silence du lieu délaissé, ils s’échappent, s’envolent, abandonnent leur trompeuse façade inanimée. Guidés par l’éclat de lumière, ces touches d’or palpitantes, d’une farandole de papillons. Ces guides ailés partout se promènent, déploient leur lumineuse palpitation. Ils volent, tournent parmi tous les êtres inertes, les squelettes de dinosaure, les mammifères, depuis l’ours brun, jusqu’au martin pêcheur, effleurent et donnent vie au modeste rouge gorge.
Tout prend vie, tout s’éveille, frémit. Dans l’étau de verre à la transparence chirurgicale, le désordre de la vie, un tourbillon de poils, plumes, écailles dévale les étages. Tout ce qui se tient debout, vole, rampe, les minéraux, l’améthyste, la fluorite. Et chacun de se voir, et tous de se regarder…
Dans le musée, une ronde s’organise, rompt l’ordre aseptisé de cet endroit. Les vies et les époques se contemplent… jusqu’au bouleversant lever du jour. Le bleu embrase le rose et l’orange. Chacun revient à sa place. Tous? Non!
Une discrète créature gardera sa liberté. Saurez-vous la voir?
Un ouvrage à ravir les yeux, ceux des grands et ceux des petits.


Editions courtes & longues, 2016
22 euros
A partir de 4 ans

Publicités
Cet article, publié dans Littérature de jeunesse, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s