A l’angle du renard de Fabienne Juhel

9782330010621
L’esprit du renard
(Chronique d’Abigail)

Arsène Le Rigoleur, agriculteur au mitan de sa vie, enraciné aux fondations de sa ferme, mène une existence solitaire dans la Bretagne intérieure.
Arsène, personnage taiseux, apparaît pétri par ses secrets, l’âme emplie des remugles de sa terre. L’homme observe et étudie son prochain sans aménité particulière, dans l’économie des mots, se gardant de l’inutile.  Il ne rompt son silence quotidien que pour s’adresser à François, le frère qui n’est plus là, l’enfant mort né dont le minuscule cercueil se trouve enfoui dans la propriété même. C’est Arsène qui l’y a placé.
Le Rigoleur; ce nom aux évocations plaisantes prend en vérité une connotation tout à fait inquiétante. Celle du rictus moqueur que l’on imagine s’étirer sur la face du crâne nu de la grande camarde.
Car la mort rôde, saisit, brutalement, au hasard; celle que l’on donne ou celle qui se saisit des vivants. Sur l’exploitation du Rigoleur plane l’esprit du renard, une vision brumeuse de pelage roux, une sorte de malédiction ancienne qui enchaîne les hommes de la famille Le Rigoleur au petit carnivore sauvage. Le goupil, animal totem, a pris possession de l’âme de ces lieux comme de ceux qui y vivent…
Le motif de la flamme, du feu follet, de cette rousseur entêtante, tournoyante se fond dans les images poétiques et les croyances qui se murmurent. Ainsi, la lune rousse qui a le pouvoir de tacher la blancheur du linge que l’on étend. Car, de la rousseur au sang, il n’y a qu’un pas, qu’une  nuance de couleur…
Cela se répète avec l’arrivée de ces voisins, ces Maffart, des citadins. La petit Juliette incarne un feu follet, tandis que son frère Louis, rouquin véritable, sauvage s’avère aussi souple et furtif qu’un renardeau. Des étincelles de feu dansent aussi dans les yeux de leur mère, Marie Maffart, dont le regard cherche et redoute celui du Rigoleur. Suscitant en retour la flamme mordante du désir. Et, dans ce jeu de prunelles, défiance et mise en garde s’entrecroisent.
Ces deux enfants ouvrent une brèche dans le mur de silence qui oppose Arsène au monde extérieur. Ils s’invitent dans le rythme immémoriel des tâches de la ferme, rompent une régularité minérale. La rousseur de Louis finit par obséder Le Rigoleur…
Le personnage porte en lui le souvenir d’une séquence indicible, d’un rituel de vie et de mort; il se charge aussi d’un secret qui le lie à son père et aux renards. Renard enragé, ou renard domestiqué, renard mort ou avançant au plus près des humains… Esprit vengeur qui vient réclamer le tribut de l’âme qui vient au monde. Ainsi de cette séquence onirique au cours de laquelle, pendant le travail d’accouchement du fils mort né, les renards viennent en meute pour attendre…
Il se pose un voile de brume, une beauté floue sur les images de souvenir et de paysages malgré l’âpreté du ton, malgré le sort parfois funeste des bêtes qui nourrissent les hommes. Arsène, dont la placidité trompeuse s’ébrèche… Arsène qui, au final, s’en revient à la source des mains de  l’accoucheuse, la vieille Louise qui fait naître les enfants des hommes et toilette les morts. Arsène qui, à demi consentant, se verra confondu par le roux garçonnet qui, peut-être, n’est pas si réel, qui n’est peut-être nul autre que l’incarnation de l’esprit du renard?
Il y a une beauté sauvage dans ce livre original, au ton rugueux, une poésie jusque dans sa cruauté et la description d’une vie ardue, d’un monde enclos sur lui-même, traversé de secrets qui, à leur tour, partent dans la tombe et l’oubli…


Editeurs: Actes Sud, Coll « Babel », 2009
251 pages

7,80 euros

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour A l’angle du renard de Fabienne Juhel

  1. jostein59 dit :

    Je ne connaissais pas ce titre de l’auteur. La Bretagne marque son univers avec, effectivement sa beauté sauvage et ses légendes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s