Les visages de Jesse Kellerman

les visages
Vous avez dit l’art brut?

« Au début, je me suis mal comporté. Je na vais pas vous mentir, alors autant jouer cartes sur table dès maintenant : si j’aimerais croire que je me suis racheté par la suite, il ne fait aucun doute que mes intentions, du moins au début, ont manqué quelque peu de noblesse. Et encore, c’est un euphémisme. Alors puisqu’il faut être honnête, soyons honnête : j’étais motivé par l’appât du gain et surtout par le narcissisme ; un sentiment de toute-puissance profondément enraciné dans mes gènes et dont je semble incapable de me débarrasser, bien qu’il me fasse parfois honte. Déformation professionnelle, j’imagine, mais aussi une des raisons qui m’ont poussé à tourner la page. »

Voilà le premier paragraphe du récit. Le lecteur pose les yeux sur un événement majeur dans la vie du narrateur. Cependant, cette épisode marquant fait désormais partie du passé bien qu’il ait changé la nature intrinsèque de notre protagoniste. Mais qui est-il cet homme ?

Ethan Muller est un galeriste new yorkais. Son avis et ses choix en matière d’artistes contemporains ont fait de lui l’un des personnages influents du microcosme de l’intelligentsia bobo. En effet, avec sa compagne, galeriste elle-même, ils font la pluie et le beau temps dans les salons et expositions. La vie est facile pour Ethan bien qu’il soit brouillé avec son père, un homme énigmatique et autoritaire qui a tôt fait de rejeter cet avorton inintéressant aux yeux du paternel.

Or l’existence d’Ethan aurait pu continuer ainsi entre des déjeuners d’affaires dans des restaurants huppés de la capitale économique et des afters auprès d’artistes insipides. Le destin en a décidé autrement pour notre jeune homme.

En effet, c’est sans compter sur l’homme à tout faire de son père qui l’introduit dans un appartement miteux et déserté d’un certain Victor Cracke. Ce dernier, avant de disparaître, a laissé des dessins déroutants mais combien talentueux. Ethan en profite et s’en empare pour les exposer à sa galerie. Les œuvres nouvellement acquises sont qualifiées par la critique comme appartenant à la mouvance de l’art brut. Ethan est aux anges car il vend ses découvertes très chères, conforté dans son talent de découvreur et de marchand d’art.

Mais les événements vont très vite déraillés à cause de la curiosité d’un ancien policier à la retraite. Celui-ci croit déceler dans les visages des personnages des toiles, d’anciens victimes et disparus. Ce grain de sable entraine un retournement de situation et bouleverse les convictions et l’éthique de vie d’Ethan.

Les visages est un roman à la frontière de deux genres : le roman policier et le thriller. L’enquête d’Ethan entraine des rebondissements et conduit le lecteur sur de fausses pistes maintenant ainsi l’effet de surprise. Mais la réflexion va au-delà d’une intrigue policière bien ficelée. L’auteur s’interroge sur le rapport entre l’éthique personnelle de tout marchand d’art et la production d’une œuvre d’art. Il souligne aussi la dépossession dont est victime souvent l’artiste lorsqu’il s’agit d’un patient produisant un travail soit dans son atelier ou dans une séance d’art thérapie. L’art brut qui en résulte ne prend pas en compte son auteur et est souvent accaparé par les galeristes et marchands âpres aux gains. Le génie –pour reprendre le titre original –est ici méconnu.

Les visages allie moment de détente et plaisir de lire un bon policier. Le suspens nous tient en haleine. Mais pas seulement car c’est aussi une excursion dans le monde de l’art brut, domaine encore méconnu du public.


Roman traduit de l’Américain par Julie Sibony
Les Editions Point.2, 2011
772 pages
12 €

Publicités
Cet article, publié dans Littérature américaine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s