A final farewell from earth

_photo

Big Jim est parti sans se retourner. Il s’est retiré du jeu nous laissant seuls face aux désastres du monde. A l’heure où les villes s’embrasent de fureur et de feu, à l’heure où les fils du Chaos et des Ténèbres se rassemblent en légions fauchant les fleurs de l’Espoir, Jim Harrison nous délaisse, nous abandonne. Il a fini de jouer. Il a fini sa visite sur ce monde enchanteur et horrifique.

A l’âge de 78 ans il est reparti en voyage. Il se décharge de tout bagage. La maison est désormais vide sauf peut-être ce bureau sur lequel il a déposé à notre attention des œuvres d’une extraordinaire beauté dans lesquelles planent l’ombre de la Mort et le rire fragile de la Vie. Le lecteur se souvient de Dalva. Et puis il y a eu Le grand maître, Nageur de rivière et dernièrement Péchés capitaux. A chaque lecture, le sentiment que l’homme et la nature ne font qu’un se renforce. Le lecteur devine le « grand retour » imminent du « Grand maître » vers sa « terre natale ».

Alors, permettez, Dear Mr. Harrison un dernier au revoir de la part d’une terrienne amoureuse de vos romans et poésies.

Je vous souhaite un bon voyage, vous, qui êtes à présent quelque part sur la route du retour.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s