J’ai toujours ton coeur avec moi de Soffia Bjarnadottir

LaSolutionEsquimauAW
Chronique d’Abigail

J’ai toujours ton coeur avec moi est un titre qui sonne comme un talisman, comme une affirmation réitérée à l’envie dans ce roman bref. Il évoque d’emblée une incantation magique.
Ce qui frappe aussi à l’ouverture de cet ouvrage c’est l’économie des mots, choix délibéré de l’auteure, mesure qui permet un contact à vif avec la poésie de ce texte, nimbé des paysages et du climat de l’Islande. On devine son dégradé de gris et de blanc. Son silence venteux. Devenue personnage à part entière, entité inquiétante et envoûtante, son insularité lui confère cette impression d’étrangeté. De bout du monde. Soffia Bjarnadottir rend palpable le ciel gris et bas, la nappe liquide de cette mer qui hante comme un appel.
Cette même mer, démontée ou calme, qui appelle les marins, est celle là qu’Hildur, personnage narrateur, se doit de traverser pour aller vers sa mère Siggy. Afin de se rendre au milieu de ce nul part, sur cette île de Flatey, secrète, à peine accessible… Car c’est là que s’est éteinte » La femme qui m’avait mise au monde. (…) Elle n’était plus ni mon Sud, ni mon Est ni mon Ouest. »
Ce qui est conté c’est un instant suspendu. Celui du temps qui suit l’annonce, celle de la mort, d’une femme insaisissable et fantasque qui transmet à sa fille, Hildur, ses cheveux de feu et un mal qui la ronge. Qui les ronge, depuis le  fond de leur âme, tant la mère que la fille, inaptes pourtant à se rejoindre, soeurs siamoises.
C’est l’impossible ancrage dans le réel, le douloureux constat d’un effondrement intérieur  qui enroule ces deux femmes l’une à l’autre, qui maintient le cordon ombilical. Le déni commun, répété, de maternité, l’effroi devant la vie de l’autre, si lourde, si vraie, les pousse à la fuite. A un refuge dans un autre lieu de l’esprit. A un dépouillement final, face au vide, que symbolise cette petite maison jaune léguée par la mère à sa fille: » La mort m’a apporté une cabane colorée au milieu de l’océan, et la capacité à me languir de quelqu’un. Je n’en avais jamais eu la force. »
La peur première, fondamentale, c’est celle de la part d’ombre. De ce fait, la brièveté de l’écriture confère au roman, par la concision des phrases, leur dimension épurée, l’usage des métaphores, un caractère atemporel. Lui offre une ressemblance possible avec une légende de l’ancienne Islande.
Surtout, il y a ce retour sur soi, cette leçon à extraire de la glaise profonde, de sa propre douleur: » Nous sommes faits d’argile sombre. La lumière vient des ténèbres (…) Il est important de partir en quête de l’invisible. De s’éveiller au monde que renferme l’obscurité. »
Quête de soi, parcours dans le deuil vers la figure de la mère perdue, mais peut-être de la femme, si semblable à soi, retrouvée, ce très beau texte s’achève sur de subtiles nuances, sur les possibles: » Ils rampent et vagabondent avec moi à travers le monde et se font des messes basses à propos de ce fragile retour à la vie. »


Roman traduit de l’Islandais par Jean-Christophe Salaün
Editeurs: Zulma, 2016
141 pages
16,50 euros

Publicités
Cet article, publié dans Littérature nordique, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour J’ai toujours ton coeur avec moi de Soffia Bjarnadottir

  1. celina dit :

    Ce livre a l’air précieux…je l’avais réservé à la médiathèque, séduite par l’histoire et le titre. Là, tu confirmes qu’en plus l’écriture est belle. J’ai hâte de l’avoir entre les mains ! Merci !

    J'aime

  2. jostein59 dit :

    L’Islande et ses légendes. Les auteurs islandais ont cette terre en eux, délivrant des récits entre lumière et grisaille. J’ai vu que Audir Ava Olafsdottir revient avec un nouveau roman à la rentrée. Je ne le raterai pas.

    J'aime

  3. Ping : J’ai toujours ton coeur avec moi : Soffia Bjarnadottir – Des livres tous azimuts

  4. Folavril dit :

    J’ai tellement aimé ce roman… Tu en parles si bien!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s