Chasseurs de neige de Paul Yoon

chasseur
Je porte avec moi mon passé qui me hante

Paul Yoon est un auteur américain d’origine coréenne. Sa jeunesse n’est pas synonyme d’auteur inexpérimenté ou narcissique. Loin de là. En effet, il a déjà confirmé son talent d’écrivain avec la publication de Autrefois le rivage, recueil de nouvelles très remarqué par le New York Times comme l’un des meilleurs livre de l’année 2010. Chasseurs de neige est le premier roman de cet auteur distingué par la National Book Foundation. Mais de quoi s’agit-il ?

Nous sommes au lendemain de la guerre de Corée. La défaite oblige en 1954, Yohan, un jeune soldat nord coréen, prisonnier des Américains à s’exiler. Désormais, il doit choisir une destination, un pays d’accueil dans lequel il passera le reste de son existence. Ce sera le Brésil.

Dès les premières pages, le ton est donné. Le lecteur fait la connaissance avec Yohan sur un bateau qui le mène vers cette terre promise, le Nouveau Monde :

« Il arrive un jour de pluie, pendant la saison d’hiver.
Il est venu par la mer, à bord d’un bateau de marchandises dont il était le seul passager. Sur la fin de la traversée, le temps s’est radouci, et l’équipage s’est mis à rire quand il a remarqué qu’il ne neigeait pas. (…) C’était la première fois qu’il voyait l’océan, jamais il n’avait autant voyagé qu’un cours de ce seul mois. Il s’appelle Yohanet il a vingt-six ans. »

Son arrivée au Brésil et l’adaptation qui s’ensuit se passent dans un certaine douceur grâce au vieux couturier Japonais qui le prend sous son aile. Cependant, comment construire une nouvelle existence alors que notre protagoniste est poursuivi par les images et souvenirs d’un passé traumatisant ?

Chasseurs de neige est un roman plein de pudeur et de finesse. Il évoque une épisode de l’histoire encore méconnue du grand public : la guerre de Corée et ses conséquences. Le style est dépouillé, épuré sans perdre son accent poétique. Le lecteur est touché par cet être taciturne portant à bout de bras le poids du chagrin et de la solitude.

En conclusion, Paul Yoon a su brosser un portrait d’un homme brisé avec beaucoup de finesse. C’est un roman qui mérite d’être lu.


Roman traduit de l’anglais (Américain) par Marissa Boraso
Editeurs : Albin Michel, 2016
191 pages

Publicités
Cet article, publié dans Les contes des sages..., est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chasseurs de neige de Paul Yoon

  1. celina dit :

    L’histoire et le cheminement du héros me plaisent beaucoup ; je note !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s