Elle lui bâtira une ville de Raj Kamal Jha

elle-une-ville
Monologues

Dans l’Inde moderne, une femme se remémore l’enfance de sa fille. Elle se souvient de l’attachement de l’enfant envers son père. Elle se rappelle de sa peine lors du décès de celui-ci et du vif rejet de son nouvel amant. Devenue adulte, la jeune femme claque la porte de chez elle pour plus tard y revenir, brisée et meurtrie. Au même moment, un jeune loup qui a réussi dans les affaires rêve de corps démembrés et de scène de meurtres jusqu’au moment où il recueille dans sa riche demeure une mère et sa fille SDF…

Et le lecteur continue à déambuler dans cet univers disloqué et insolite dans lequel il assiste à des scènes inattendues comme des bébés qui s’envolent par la fenêtre, une chienne gardienne tutélaire d’un orphelin et dont le comportement s’apparente à un animal de l’autre monde.

En fin de compte, qui sont ces personnages esseulés, cassés ? Qui est ce bébé que la chienne protège jalousement ? Ces protagonistes ont-ils un lien les uns avec les autres ? Jusqu’au bout du roman, le lecteur est tenu en haleine. Sa curiosité est mise à rude épreuve. Il est aussi dérouté par la trame narrative qui brouille ses pistes car l’auteur tantôt donne la parole à la jeune fille, tantôt à sa mère, tantôt au jeune homme dont l’esprit semble être happé par des fantasmes morbides.

Elle lui bâtira une ville est un récit étrange où il y a un flottement entre les destins animaux et ceux des humains. Par certains moments, on déplore l’intrusion du merveilleux fantastique dans le récit rendant ridicule et risible une écriture qui se voudrait pourtant sérieuse.

En effet, Elle lui bâtira une ville nous interpelle car l’errance des personnages, leurs tribulations et déambulations sont certainement des métaphores pour décrire la mutation de l’Inde actuelle. Sans concession, Raj Kamal Jha décrit une Inde dans la tourmente de la mondialisation. Au travers des personnages et de l’échec de leur vie, c’est une Inde opportuniste, matérialiste qui est dénoncée. Celle –ci, en perdant son âme, entraine dans son sillage la déconfiture des êtres.

Se peut –il que l’enfant mâle, l’orphelin issu d’une « faute » soit l’élu ? Celui qui peut apporter l’équilibre et l’espoir. Rien n’est moins sûr…


Roman traduit de l’anglais (l’Inde) par Eric Auzoux
Editeurs : Actes Sud, 2016
412 pages
23,50 €

Publicités
Cet article, publié dans Littérature indienne, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Elle lui bâtira une ville de Raj Kamal Jha

  1. jostein59 dit :

    J’ai apprécié cette lecture, me perdre avec ces personnages. Et effectivement déceler en arrière-plan la fracture sociale de l’Inde.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s