Maus de Art Spiegelman

maus

Histoire de mon père

« Maus, c’est l’histoire du voyage au bout de la nuit d’un juif polonais, le génocide à la première personne. Une B.D. pour ne pas oublier. »

Il est très rare que le Monde de Trân cite Télérama… Cependant, force est de constater que ces mots sonnent justes en ce qui concerne ce roman graphique, le premier du genre, publié en 1992 et qui a valu le Prix Pulitzer à son auteur.

Le Monde de Trân tient à remercier vivement un collègue et ami littéraire N. R. Il se reconnaitra. Il m’a fait découvrir ce magnifique écrit. Comme quoi, la lecture fait voyager. La littérature nous offre un monde, des gens et une diversité d’approches, de points de vue et de lectures… Un grand merci à N.R.

De quoi nous parle Maus ?

Dans un style graphique, Artie tient la plume et pousse son père, un rescapé juif polonais des camps de la mort, à raconter son histoire. L’homme, vieillissant, entre en scène et évoque sa vie avant l’avènement du nazisme. Jeune homme séduisant et fringuant, il se prépare à épouser sa riche fiancée. Après les noces, le jeune marié rejoint les affaires et fait fructifier l’entreprise de son beau –père. Tout est trop beau pour être vrai. L’ombre du nazisme plane sur ce bonheur. L’atmosphère devient délétère. Les sentiments antisémites ne sont plus considérés comme honteux. Au contraire, on s’en délecte. On vocifère ses insultes racistes sans culpabilité. On devient décomplexé jusqu’à ce que la Pologne soit annexée. Hitler devient chancelier. La seconde guerre mondiale emporte la famille Spiegelman dans le tourbillon tragique de l’Histoire. Artie retrace avec minutie les faits. Il traque sans pitié la mémoire défaillante de son père. Il va jusqu’à harceler le vieil homme pour qu’il lui parle de sa mère. En effet, derrière la quête de vérité et du devoir de mémoire, Artie, représentant de la deuxième génération après l’Holocauste, veut comprendre et désire se réapproprier l’histoire d’Anja, sa mère qui s’est suicidée alors qu’il était encore un tout jeune homme. Peu à peu le voile se lève sur l’Histoire des Juifs Polonais mais aussi sur la petite histoire, celle de sa mère et celle de son frère, disparu bien avant sa naissance.

Ecrit en 1992 alors que la littérature traitant le sujet de l’Holocauste se cantonne dans la forme classique de la prose, Maus créait la surprise. Il jette un pavé dans la mare en désacralisant et la forme et la thématique. En écrivant l’Holocauste sous l’égide d’une B.D., il brave les esprits des belles lettres et désacralise l’un des génocides qui a ébranlé le 20ème siècle.

Son approche est intéressante à plus d’un titre. Il met à l’écart toute forme de doloris d’autant plus qu’il s’agit ici d’un récit fortement autobiographique. Plus encore, il opte pour un graphisme simple et pauvre en chromatique. Les couleurs dominantes sont binaires : le noir et le blanc. Le monde devient un échiquier. Le manichéisme des couleurs renforce l’impossible échappatoire pour ces victimes. Elles sont faites comme des rats. Et effectivement, sans jeu de mots, les personnages sont tantôt des rats, sensés représentés des Juifs qui cherchent à échapper en vain aux griffes de chats féroces qui sont ici des nazis. Le procédé de l’animalisation –et le lecteur le sait depuis qu’il a en tête le récit de Primo Levi –souligne le processus de déshumanisation dans les camps de la mort qu’ils soient à Auschwitz -Birkenau ou en Europe de l’Est lors du génocide perpétré en Bosnie Herzégovine.

Maus est une vraie découverte. Publié il y a de cela 25 ans, il est devenu un classique à (re)découvrir.


Traduit de l’Anglais par Judith Ertel
Lettrage d’Anne Delobel
Editeurs : Flammarion, 1992

Publicités
Cet article, publié dans BD et comics, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s