Fusil de chasse de Yasushi Inoué


Une passion

De Yasushi Inoué, le lecteur apprécie les fresques historiques alliant faits de l’Histoire et la geste épique ainsi qu’une narration empreinte de poésie. Le maître japonais des fresques historiques nous a offert La favorite, Le loup bleu, ou encore Le château de Yodo. Cependant, avec Le fusil de chasse nous quittons l’univers de Gengis Khan, d’Hideyoshi ou encore de Yang Kouei – fei. Dans ce court récit, c’est le genre épistolaire qui est mis à l’honneur. Mais de quoi s’agit-il ?

En publiant un poème sur la chasse dans une revue pour chasseur, l’auteur ne se doute pas qu’il recevra la lettre d’un homme mystérieux qui va lui confier un secret :

« Que diriez-vous si je vous avouais que l’homme dont vous avez parlé dans votre poème n’est personne d’autre que moi ? (…) J’ai ici trois lettres qui me furent adressées. J’avais l’intention de les brûler, mais, après avoir lu votre excellent poème, j’ai cru devoir vous les montrer. »

Ce prologue permet le commencement du roman. Dès lors, l’homme mystérieux et l’auteur s’effacent pour laisser place à un chœur de femmes. En effet, ces trois lettres proviennent de trois femmes différentes qui adressent leur souffrance et griefs à cet homme qui a provoqué leur perte. Au fil des pages, le lecteur comprend que l’homme a eu une relation passionnelle avec la cousine de son épouse.

La première lettre émane de la fille de l’amante. Celle-ci revient sur le suicide de sa mère. Elle retranscrit dans sa lettre ses ressentis et rancune. C’est l’enfant en colère qui s’exprime. C’est une toute jeune fille qui fait l’apprentissage de la trahison. La lettre est donc remplie d’un sentiment d’amertume et de révolte.

La deuxième missive est d’un tout autre style. Oscillant entre ironie, dégoût et blessure narcissique, l’épouse de l’homme formule une demande : celle d’un divorce. La jeune femme veut se dégager d’une relation factice qui l’emprisonne. Au fil des mots, le lecteur sent la souffrance de la jeune femme trahie et bafouée par un mari qui la délaisse.

Enfin la troisième lettre, l’ultime écrit qui clôt le roman se trouve être celui de l’amante défunte. C’est une voix d’outre-tombe :

« Quand tu liras ces mots, je ne serai plus. J’ignore ce que peut être la mort, mais je suis sûre que mes joies, mes peines, mes craintes ne me survivront pas. Tant de préoccupations à ton sujet, tant de préoccupations sans cesse renouvelées au sujet de Shoko… Tout cela n’aura bientôt plus de raison d’être en ce monde. Mon corps et mon âme vont disparaître. »

Le roman est construit autour de ces 3 lettres qui vont s’encroiser et révéler les secrets, les souffrances des protagonistes. Dépassant le cadre d’une simple aventure extraconjugale, Yasushi Inoué dépasse un fait trivial pour donner de l’épaisseur aux personnages. La dernière lettre est écrite dans un style dépouillé et sans fioriture. Cependant, chaque mot est choisi de façon à révéler au lecteur le tourbillon intérieur, la tempête de l’âme frémissante face au ravage de la passion.

Le fusil de chasse fustige une société japonaise étriquée qui broie l’individu et qui ne laisse place à aucune extravagance et à aucune effusion d’émotion ou de sentiment. Le fusil de chasse permet au lecteur de découvrir l’autre visage de l’auteur : celui d’un peintre de la passion. Saïko, par ses tourments et par sa mort, a une place de choix auprès de ses consœurs d’infortune comme Anna Karénine ou encore Emma Bovary.

En conclusion, c’est un roman à (re)découvrir.


Roman traduit du japonais par Sadamichi Yokoo, Sanford Goldstein et Gisèle Bernier
Editeurs : Le livre de poche, 2013
88 pages
4,10 €

Publicités
Cet article, publié dans Littérature japonaise, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s